Le KCE prône la "plus grande prudence" quant à la lecture complète de l'ADN

Le KCE prône la "plus grande prudence" quant à la lecture complète de l'ADN
Le KCE prône la "plus grande prudence" quant à la lecture complète de l'ADN - © GEORGES GOBET - AFP

La lecture de l'entièreté de l'ADN d'un individu est à nos portes, pointe dans un rapport lundi le Centre fédéral d'expertise des soins de santé (KCE). Face aux avancées en la matière sur le terrain, celui-ci préconise "la plus grande prudence", car les enjeux financiers et éthiques sont "considérables".

Jusqu'à présent, la majorité des analyses génétiques se concentraient sur un ou plusieurs gènes bien précis, recherchés dans l'ADN d'un patient. Aujourd'hui, les analyses "de génome entier" (Whole Genome Sequencing - WGS) donnent la possibilité de lire l'ensemble des gènes sur un seul échantillon, indique le KCE. Et ce, "à un prix qui concurrence déjà celui de certaines analyses génétiques classiques".

"Voulons-nous tout savoir?"

Cette révolution technologique n'est cependant pas sans soulever des questions éthiques, logistiques et opérationnelles, selon le Centre. "Voulons-nous en effet tout savoir?", s'interroge-t-il.

Une autre question est de savoir s'il faut informer le patient s'il ressort de l'analyse ADN qu'il risque de développer dans le futur une maladie grave. La plupart du temps, "la réponse est oui. Mais il est par contre préférable de s'abstenir en cas de maladie contre laquelle on ne dispose pas de prévention ou de traitements efficaces", souligne le rapport.

Le Centre fédéral d'expertise admet par ailleurs "que la décision de communiquer ou pas ce genre d'information doit être prise avant d'effectuer les analyses, de commun accord entre le médecin et le patient, au cours d'une procédure approfondie et explicite de consentement éclairé".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK