Le GPS n'est pas toujours fiable et est même source de nombreux accidents

Le GPS n'est pas toujours fiable et est même source de nombreux accidents
5 images
Le GPS n'est pas toujours fiable et est même source de nombreux accidents - © PHILIPPE DESMAZES - AFP

Pour être guidé sur les routes, certains ne jurent que par le GPS. L'outil est utile, mais il peut aussi induire en erreur. Alors mieux vaut ouvrir l’œil pour éviter la catastrophe.

Des accidents récents ont encore montré que les GPS peuvent induire en erreur. Rien que ce weekend, il y en a eu deux dont un car espagnol à La Madeleine, près de Lille. Son toit a été complètement arraché en entrant dans un tunnel trop bas. Vingt-huit personnes, des jeunes âgés de 18 à 29 ans, ont été blessés, dont quatre plus grièvement. 

La hauteur du tunnel était pourtant clairement indiquée. Le chauffeur de car, âgé de 59 ans et réputé bon professionnel, a reconnu avoir suivi son GPS. Un GPS ordinaire alors qu'il en existe des plus professionnels pour les poids-lourds. Mais même dans ce cas, l'erreur est possible. 

L'autre accident de ce weekend a eu lieu en fin de soirée, samedi soir, à Mol. L'automobiliste, qui suivait son GPS, s'est retrouvé coincé le long d'une voie de chemin de fer. L'homme a pu sortir à temps de sa voiture, mais son véhicule s'est fait percuter par un train.

"Le GPS ne tient pas compte de toute une série de facteurs comme les déviations locales", rappelle Benoît Godart, porte-parole de l'IBSR, l'institut belge pour la sécurité routière. "Il faut aussi le mettre régulièrement à jour. Les enquêtes montrent que les 3/4 des utilisateurs ne le mettent jamais à jour et cela peut être très dangereux. On peut avoir aménagé, entre-temps, un rond-point qui n'a plus rien avoir avec la situation précédente"

Un itinéraire parfois à peine praticable 

"Le GPS est un formidable système d'aide à la conduite, mais ce n'est pas un système intelligent. S'il choisit une route la plus courte et que celle-ci vous fait passer par la cour d'une ferme ou par un itinéraire qui est à peine praticable, très étroit par exemple, vous devrez malheureusement passer par là", ajoute Benoît Godart.     

Impraticable, comme ces petites rues pour ce camion à Bruges :  

Les transporteurs routiers sont d'ailleurs régulièrement piégés par leur GPS, au point que certaines communes placent des panneaux dissuasifs, non prévus dans le code de la route.

La majorité des vacanciers ne veulent pourtant plus entendre parler des cartes. C'est ce que révèle une enquête du club automobile VAB. Sur la route des vacances, trois automobilistes sur quatre se baseraient ainsi uniquement sur leur GPS.

Reste que, GPS ou pas, il vaut mieux que le conducteur reste attentif à la signalisation de la route. 

 

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK