Le géant Monsanto veut-il faire taire les scientifiques critiques sur les OGM?

Les rats de Gilles-Eric Séralini développaient trop de cancers. Monsanto s'emploie-t-il à faire en sorte que cela ne se sache pas ?
Les rats de Gilles-Eric Séralini développaient trop de cancers. Monsanto s'emploie-t-il à faire en sorte que cela ne se sache pas ? - © RTBF

La multinationale des OGM Monsanto essaye-t-elle de faire taire les scientifiques qui la dérange ? C'est ce qu'affirme le professeur français Gilles-Eric Séralini. Voici deux ans, il avait publié une étude montrant que la combinaison d'OGM et du désherbant Round-Up faisait augmenter de façon énorme les cancers chez les rats de laboratoire. Son étude pourrait, aujourd'hui, tout simplement disparaître de la littérature scientifique.

Gilles-Eric Séralini affirme être la cible privilégiée de Monsato, la multinationale des OGM. En 2012, il a réalisé une étude montrant l'apparition de tumeurs chez les rats de laboratoirs nourris avec un maïs Monsanto traité au désherbant Round-up. Des résultats qui lui vaudraient aujourd'hui bien des ennuis.

Cette étude avait été publié par la revue scientifique américaine Food and Chemical Toxicology. Aujourd'hui, la revue a annoncé par lettre au chercheur qu'elle voulait se rétracter et retirer l'étude de sa liste de publications.

Conflit d'intérêt

Pour les défenseurs, du professeur Séralini, cette mise à mort de l'étude s'explique par un seul nom : Richard Goodman. Ce scientifique américain aurait récemment été engagé par la revue food and chemical toxicology. Le problème c'est qu'il a aurait travaillé pour Monsanto.

La revue justifie le retrait de l'étude en expliquant que les rats utilisés ne seraient pas de la bonne espèce et seraient trop peu nombreux. Mais Monsanto, lui-même utilise ces mêmes rats dans ses propres expériences.

Pour répondre à ces attaques sur ces études, le professeur Séralini, a bénéficié d'un soutien inattendu. Paul Deheuvels est un statisticien de renom. Il balaye les remarques sur le nombre trop faible de rats utilisés.

En fin d'après-midi Monsato réagissait à ces accusations en confirmant qu'à ses yeux l'étude du Professeur Séralini ne valait rien, et que sa disparition de la revue Food and Chemical Toxicology allait donc de soi...

Gérald Vandenberghe

 

 

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK