Le Forem s'apprête à absorber une partie de l'Onem

Une travailleuse du Forem venue observer le travail de sa future collègue du l'Onem
2 images
Une travailleuse du Forem venue observer le travail de sa future collègue du l'Onem - © Rudy Hermans - RTBF

2016 se profile, et avec cette nouvelle année arrive aussi une nouvelle vague de compétences transférées dans le cadre de la dernière réforme de l'Etat.

Cette fois, ça concerne notamment l'emploi. Le fameux et sensible dossier du contrôle de la disponibilité des demandeurs d'emploi passe ainsi du Fédéral aux Régions. En Wallonie par exemple, des travailleurs de l'Onem vont donc déménager au Forem. Même boulot, mais cadre différent et nouveaux collègues. Et en coulisses, on s'y prépare.

Vis ma vie

Jusqu'ici, au Forem l'accompagnement des demandeurs d'emploi, à l'Onem le contrôle et les sanctions. Entre les deux organismes, pratiquement aucun contact et une méconnaissance mutuelle.

"Il y avait beaucoup de craintes au départ", nous confie une travailleuse de l’Onem. "On travaillait chacun de son côté, donc on avait une vision erronée du travail de l’autre", ajoute sa collègue. "On se regardait en chiens de faïence", avoue même une employée du Forem.

Bref, il fallait impérativement mettre de l'huile dans les rouages entre futurs collègues. D'où cette idée de procéder à des rencontres avant le transfert du 1e janvier. Une sorte d'opération "vis ma vie", pour que chacun, en immersion, découvre la réalité de l'autre.

 

Du côté du Forem surtout, ça a permis de mettre un visage - et même plus que ça - sur cette fonction de "contrôleur" qui véhicule souvent une image négative.

"C’est vrai, j’ai été étonnée de rencontrer des personnes si soucieuses de bien faire leur travail, avec humanité", explique une "accompagnatrice" du Forem venue observer une future collègue "contrôleuse" à l’Onem. "J’ai également été très agréablement surprise de constater que les entretiens sont menés ici aussi de façon très humaine", ajoute cette autre foremienne.

Des rencontres qui ont permis de faire tomber certains a priori, de briser la glace entre ceux qui travailleront dans quelques jours dans les mêmes locaux.

Une "fusion" censée amener plus de cohérence entre services finalement complémentaires, mais surtout, normalement, un suivi plus efficace des demandeurs sur le chemin de l'emploi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK