Le dossier de Mehdi Nemmouche volé chez Me Lurquin, le niveau de la menace reste à 3 pour le procès

Des éléments du dossier de Mehdi Nemmouche, accusé d'être le tireur qui a abattu quatre personnes au Musée juif à Bruxelles le 24 mai 2014, ont été volé mardi soir au bureau de l'avocat Vincent Lurquin. Il défend les intérêts d’une artiste chilienne de 81 ans qui se trouvait au Musée juif lors de l’attaque. 

Le ou les auteurs des faits se sont emparés de ses notes manuscrites et de son ordinateur, qui contenaient des éléments du dossier de Mehdi Nemmouche mais aussi un autre dossier lié au terrorisme. Les données concernant les jurés ne sont pas concernées. 

C’est extrêmement ciblé

Une batte de base-ball et une fausse Kalachnikov ont été découvertes sur le bureau de l'avocat, a constaté la police de la zone Bruxelles-Ouest, qui est intervenue.

"Les voleurs ont déposé sur mon bureau la réplique d’une Kalashnikov semblable à celle qu’on voit depuis 15 jours dans l’armoire des pièces à conviction de ce procès. Ils ont pris l’ensemble des notes concernant ce dossier et pas les autres. C’est extrêmement ciblé", a constaté maître Lurquin au micro de la RTBF, lors d'une suspension d'audience. Il lie donc bien le vol avec le procès en cours.

Mais, selon lui, il faut continuer le procès normalement. "Cela fait partie du métier d’avocat et il ne faut pas faire peur au jury. L’enquête est en cours. Il faut continuer dans des conditions sereines, sans haine et sans crainte pour nous et pour les jurés."

Le niveau de la menace reste à 3

Contacté par la RTBF, le parquet fédéral ne souhaite pas communiquer au sujet des mesures de sécurité entourant le procès et ses acteurs. Mais selon nos informations, l'OCAM, l'Organe de coordination pour l'analyse de la menace, maintient le niveau de la menace à 3 sur une échelle de 4 pour le procès de l'attentat au Musée juif de Belgique. Toujours d'après nos informations, des mesures de sécurité individuelles supplémentaires ont été envisagées suite à l'effraction au cabinet de Me Lurquin mais ces adaptations n'ont finalement pas été jugées nécessaires.

 


►►► Suivez le direct commencé du procès Nemmouche


A la reprise de l'audience cet après-midi, le procureur fédéral avait estimé qu'"il ne faut pas faire comme si rien ne s’était passé mais je ne vois pas ce qui pourrait changer la donne."

L'impression laissée est désagréable

Selon Denis Bosquet, avocat pénaliste qui n'est pas partie, le vol du dossier et ses circonstances n'ont "à priori pas d'impact sur la procédure et le déroulement du procès". Mais il précise que "l'impression laissée est désagréable".

Le parquet de Bruxelles, avisé des faits, a immédiatement ouvert une information judiciaire du chef de vol avec effraction et de menace par emblème. La police judiciaire fédérale a été désignée pour diligenter l'enquête, a précisé le parquet de Bruxelles. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK