Le directeur général du CRIOC a accepté les conditions de la FGTB

Le sigle du CRIOC
Le sigle du CRIOC - © www.crioc.be

Le directeur général du CRIOC (Centre de Recherche et d'Information des Organisations de Consommateurs) Marc Vandercammen a accepté lundi les trois conditions posées au maintien dans ses fonctions par la direction de la FGTB, a indiqué le syndicat socialiste.

Marc Vandercammen, qui s'expliquera lundi prochain devant le conseil d'administration du CRIOC, devrait à priori conserver son poste pour autant qu'il accepte une transparence accrue.

En plus d'avoir accepté les trois conditions de la FGTB, Marc Vandercammen a proposé d'autres mesures afin d'améliorer la transparence et le fonctionnement au sein du CRIOC.

"Le directeur général a répondu clairement à toutes mes questions" a expliqué le secrétaire fédéral de la FGTB Daniel Van Daele qui attend le conseil d'administration prochain avant de poser un jugement définitif.

Daniel Van Daele constate néanmoins qu'environ 30% du personnel du CRIOC possède au moins huit ans d'ancienneté alors que l'article du Vif l'Express affirme, lui, que "la quasi-totalité des 35 travailleurs du Crioc en sont partis en trois ans".

La FGTB, qui dispose d'un siège au conseil d'administration au CRIOC, a convoqué lundi le directeur général du CRIOC. Celui-ci devait accepter de suivre des cours de gestion, mettre en place un comité d'audit ou d'éthique au CRIOC et nommer un directeur des ressources humaines.

La FGTB réagissait ainsi à un article paru dernièrement dans le Vif/L'Express, qui remettait en cause la qualité des enquêtes réalisées par l'institution ainsi que la gestion des ressources humaines au sein de celle-ci.


Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK