Le déguisement des Noirauds, grimés de noir, fait de plus en plus débat

Les Noirauds font partie du folklore bruxellois depuis plus de cent ans. La société philanthropique collecte de l'argent dans les restaurants. Pour préserver leur anonymat, ils se déguisent en notaires africains, grimés de noir.

Les Noirauds déambulent de restaurant en restaurant en espérant remplir leurs paniers et leur petites poupées noires, tous les bénéfices sont destinés à être reversés à des enfants défavorisés. Depuis quelques années, leur maquillage crée la polémique, parfois jugé raciste.

Tradition versus vivre ensemble

"C'est principalement folklorique, c'est depuis 1875. Chaque année, on est déguisés de la même manière. Cette année, il y en a qui ont un drapeau belge sur la figure, en loup ou en blanc. On essaie de trouver des alternatives tout en gardant ce côté folklorique et tout en gardant notre anonymat", note Michel De Triest, membre des Noirauds.

Pour Aliou Balde, militant au collectif Mémoire coloniale et lutte contre les discriminations, "c'est une question de vivre ensemble. Quand ça blesse toute une partie de la population, il faut y faire attention, revoir les traditions. Ce sont des choses qui sont appelées à évoluer dans le temps. À la base, c'est raciste."

Des cas de figures similaires à l'étranger

Suite à certaines pressions, nos voisins néerlandais ont préféré relooker les Zwarte Pit accompagnant Saint-Nicolas. Leur maquillage noir et leurs grosses lèvres rouges avaient été jugées racistes.

En France, le carnaval de Dunkerque fait débat. On y fête la Nuit des Noirs ce samedi soir. Certains souhaitaient l'interdire mais le recours a été rejeté par la justice. Le Maire de Dunkerque défend un droit à la caricature.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK