Le déconfinement est-il raisonnable ou trop rapide ?

À la veille du conseil national de sécurité, deux experts donnent leur point de vue par rapport au déconfinement sur le plateau de Questions en prime. S’ils sont globalement enthousiastes face aux nouvelles mesures qui devraient être annoncées, ils émettent toutefois quelques réserves.

Pour la majorité des citoyens, les bulles vont s’élargir. Peut-on aller vers un déconfinement massif ou devons-nous imposer un nouveau chiffre de contacts ? Emmanuel Bottieau, infectiologue et professeur, institut de médecine tropicale d’Anvers, donne une réponse nuancée : " il faut rester progressif. C’est difficile de mettre des chiffres sur le nombre de personnes à voir. Notamment à cause des écoles. ". Le professeur rappelle que les principes de bases : distanciation sociale et limitation des contacts restent très importants pour éviter d’éventuels rebonds de l’épidémie. " Je ne pense pas qu’il faut mélanger tout le monde immédiatement, mais si les systèmes de dépistages fonctionnent bien, on va pouvoir élargir le nombre de gens que l’on voit. "

Avec le déconfinement le tracing sera forcément plus compliqué car il implique plus de monde. Christelle Meuris, infectiologue au CHU de Liège rappelle l’objectif du tracing : " Si vous avez un contact avec une personne symptomatique dans les deux jours qui précèdent l’apparition des symptômes, on va, a priori, vous mettre en quarantaine, le temps de voir si vous développez des symptômes ".

Pour Christelle le déconfinement sera réussi sous certaines conditions : " Il va falloir que, d’abord, le dépistage fonctionne et qu’on ait les résultats rapidement. " En effet, si les résultats mettent trop de temps à arriver, le danger pour un cas positif est de contaminer davantage de personnes. L’infectiologue insiste sur l’importance de bien saisir l’enjeu collectif : " Il faudra aussi que la population adhère à ce principe du tracing et la quarantaine qui suit. "

Alors raisonnable ou trop rapide ce déconfinement ?

Emmanuel Bottieau : " Je dirais raisonnable parce que la société en a besoin. Mais avec la condition que tout le système de santé soit bien mis en place pour détecter les nouveaux cas. "

Christelle Meuris, quant à elle, trouve le déconfinement nécessaire, notamment pour l’horeca, mais il est sans doute un peu trop rapide : " On n’a pas ces fameuses deux semaines ".

Selon nos deux experts le déconfinement sera donc au vert pour autant que les mesures sanitaires soient bien respectées, que les dépistages aient lieu rapidement et que la quarantaine soit bien ciblée.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK