Le Crioc licencie son directeur Marc Vandercammen qui l'apprend par les médias

Marc Vandercammen
Marc Vandercammen - © Archive RTBF

Le conseil d'administration du Crioc a décidé de licencier son directeur Marc Vandercammen. Il était à ce poste depuis 10 ans. Les administrateurs s'expliqueront lundi sur les raisons de ce licenciement.

Les membres du conseil d'administration du Crioc précisent que Marc Vandercammen termine ses fonctions ce 22 juin. Ils précisent que, pendant 10 ans, Marc Vandercammen a "fait une contribution importante à l'opération et au développement de l'organisation. Grâce à ses nombreuses réalisations et réformes, beaucoup de Belges se sont intéressés aux questions de la consommation". Ils soulignent que "le Crioc perd un directeur motivé et enthousiaste, qui a mis son coeur et âme dans son travail".

Les administrateurs du Crioc s'étaient réunis jeudi après-midi pour une réunion de crise, au surlendemain d'un communiqué du directeur général, Marc Vandercammen, évoquant les résultats d'audits indépendants sur le fonctionnement du Centre de recherche et d'information des organisations de consommateurs. Il soulignait que les audits indépendants menés sur le fonctionnement du Crioc n'avait détecté "aucune fraude, ni manipulation".

S'agissant des soupçons de harcèlement moral, Marc Vandercammen soulignait qu'aucune action n'avait été intentée devant les tribunaux concernant des faits de ce type ou de licenciements abusifs.

Cette communication du directeur général n'a semble-t-il pas fait l'unanimité au sein du conseil d'administration du Crioc où l'on a déploré la précipitation de Marc Vandercammen à communiquer sur ces audits. Selon un membre du conseil d'administration, la communication du directeur contenait également "des contre-vérités" jugées inacceptables.

Le Vif/L'Express avait fait état en février dernier d'une gestion des ressources humaines calamiteuse et d'une dégradation de la qualité des enquêtes du Crioc. Par la suite, le conseil d'administration avait demandé au directeur de réaliser un plan stratégique pour "recentrer l'action" du Crioc "sur ses missions prioritaires".

Marc Vandercammen a appris son licenciement par la presse. L'ex-directeur du Crioc dit "tomber des nues" et devrait rapidement prendre contact avec ses avocats pour étudier la situation et envisager des actions.

"J'aimerais voir le document officiel car je n'ai eu aucun contact avec le Crioc depuis lundi", a expliqué Marc Vandercammen, à l'annonce de son licenciement. "Ce sont les médias qui m'ont appris la nouvelle et j'aimerais bien comprendre pour quels motifs j'ai été écarté. Vais-je devoir prester un prévis ou, au contraire, recevoir des indemnités? Je n'en sais rien. On m'a peut-être licencié pour faute grave".

L'ex-directeur du Crioc dit s'interroger sur la façon cavalière de procéder au Crioc. "Il y a visiblement un souci de communication dans l'annonce de mon licenciement".

Du côté du Crioc, on reconnaît une erreur de communication. Le conseil d'administration a décidé, jeudi, de licencier son directeur Marc Vandercammen à partir du 22 juin et a communiqué cette décision à la presse vendredi en fin d'après-midi. "Il était prévu que monsieur Vandercammen soit informé avant les médias par lettre d'avocat", reconnaît Caroline Jonckheere, vice-présidente du conseil d'administration du Crioc.

Avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK