Le coronavirus, une aubaine pour les criminels européens

Le Covid-19 : une aubaine pour les criminels européens
2 images
Le Covid-19 : une aubaine pour les criminels européens - © Tous droits réservés

Europol, l'agence européenne de police, a publié un rapport vendredi sur les activités criminelles qui se développent en cette période de confinement et de crise sanitaire. Certaines activités ont largement diminué, c’est le cas du trafic de drogue devenu difficile avec la fermeture des frontières. Ou encore le nombre de cambriolages et de vols à la tire en nette diminution. Le confinement a du bon.


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus


Mais les criminels sont créatifs et de nouvelles formes de criminalités apparaissent. Pour Catherine De Bolle, la directrice belge d’Europol : "C’est inacceptable. De telles activités criminelles en période de crise sanitaire sont particulièrement menaçantes et peuvent mettre en danger des vies humaines".

Attention si vous travaillez de chez vous

Si la vie réelle ne peut plus être investie, l’activité sera donc déplacée sur le web. Le nombre de cyberattaques contre des organisations et des individus a augmenté de manière significative. Et avec la généralisation du télétravail, cela rend les choses encore plus faciles pour les pirates. Les connexions à domicile étant généralement moins sécurisées que celles des entreprises. Il est utile de rappeler qu’il ne faut jamais cliquer sur des liens venant d’expéditeurs inconnus.

La République Tchèque fait partie des victimes de ces cyberattaques. L’hôpital universitaire de Brno a été obligé de fermer son réseau informatique. Et les conséquences sont évidemment majeures : opérations urgentes postposées et patients détournés vers d’autres hôpitaux de la région.

Se servir de l'anxiété

Les criminels multiplient également les arnaques. Les méthodes ne sont pas nouvelles, mais désormais les criminels capitalisent sur le climat ambiant d’anxiété et de peur pour attirer de nouvelles victimes. Un exemple parmi d’autres, Europol a repéré un transfert de 6,6 millions d’euros vers une société de Singapour. Une commande pour acquérir du gel hydroalcoolique et les fameux masques FFP2. Une commande qui n’a jamais été honorée… Europol s’attend à voir une explosion de ce genre d’arnaques.

Et cette demande en masques, gants et autre matériel médical n’est pas passée inaperçue. Les criminels profitent de la pénurie. Des contrefaçons se sont donc multipliées aussi vite que le virus s’est répandu sur le globe. Les criminels proposent aussi de faux kits de tests contre le coronavirus. Entre le 3 et le 10 mars, plus de 34.000 masques chirurgicaux de contrefaçon ont été saisis au cours de l’opération Pangea coordonnée par Europol. Cette opération a mené à 121 arrestations.

Arnaques en porte à porte

Finalement, une vieille recette bien efficace est aussi en recrudescence. C’est celle qui consiste à se déguiser en force de l’ordre ou en personnel médical pour accéder au domicile de personnes fragilisées ou âgées. Europol rapporte le cas suivant : la victime est prévenue qu’un membre de sa famille est infecté par le Covid-19 et hospitalisée, qu’il est urgent de procéder à un test et qu’un médecin va se rendre à son domicile. Plus grave encore, Europol s’attend à voir ce genre d’arnaque ciblée désormais des bâtiments qui abritent du matériel médical.

Le savoir est le pouvoir. Pendant cette crise, Europol va continuer à informer les citoyens européens face à ces nouvelles formes de criminalité. Un public averti pourra repérer ces arnaques qui prolifèrent dans cette ambiance particulière de crise sanitaire.