Le coronavirus en pleine expansion au Chili : le taux de nouvelles contaminations a largement dépassé le "pic" belge

Le coronavirus en pleine expansion au Chili: le taux de nouvelles contaminations a largement dépassé le "pic" belge
4 images
Le coronavirus en pleine expansion au Chili: le taux de nouvelles contaminations a largement dépassé le "pic" belge - © Tous droits réservés

Alors qu’en Europe, l’épidémie est en régression importante, voire dans certains pays en phase de disparition, l’Amérique latine souffre toujours de l’épidémie de coronavirus. Le Brésil, nouvel épicentre de la pandémie de Covid-19, compte désormais 32.548 morts et rien ne semble pouvoir arrêter la progression du nouveau coronavirus dans ce pays. Les chiffres, que la communauté scientifique juge grossièrement sous-évalués, situent le géant latino-américain à la quatrième place mondiale pour les morts, derrière les Etats-Unis – qui restent de loin le pays le plus durement frappé avec 107.000 morts – le Royaume-Uni (39.728) et l’Italie (33.530).

Le Brésil, dont le président Jair Bolsonaro appelle régulièrement à la levée des restrictions pour préserver l’économie et l’emploi, représente plus de la moitié des cas de contamination et des morts du Covid-19 en Amérique latine.

Mais le Chili est aussi frappé de plein fouet par l’épidémie. Les autorités ont décidé de prolonger pour une quatrième semaine le confinement à Santiago.

Lorsqu’on examine les chiffres, on se rend d’ailleurs compte que non seulement le virus est toujours en pleine expansion dans le pays, mais aussi qu’en termes de cas par habitant, le Chili a déjà dépassé (et de loin !) les pics de nouvelles contaminations par jour, en Chine, Italie, Espagne, ou même qu’en Belgique.

Ces derniers jours, le Chili a en effet enregistré jusqu’à plus de 5000 cas par jour, ce qui pour ce pays de 18 millions d’habitants représente l’ahurissant taux de 286 nouveaux cas quotidiens par million d’habitants.

A titre de comparaison, le plus gros pic de contaminations en Belgique a été enregistré le 15 avril, avec 2454 nouvelles contaminations, soit 211 cas par million d’habitants. Aucun autre pays n’avait atteint un tel pic avant que l’épidémie ne flambe depuis la fin mai au Brésil, au Pérou et au Chili. Le plus inquiétant étant que rien n’indique que le pic ait déjà été atteint dans ces pays….

Hôpitaux saturés

Au Chili, les hôpitaux de la région de Santiago sont désormais saturés de patients atteints du coronavirus. Avec plus de 110.000 cas confirmés, et bientôt 1300 morts du covid19, principalement dans la région capitale, le Chili doit désormais faire le tri entre les patients qui seront accueillis à l’hôpital en détresse respiratoire, en particulier à Santiago. Car là-bas les lits de réanimation et de soins intensifs sont tous occupés.

Justine Fontaine est correspondante RTBF sur place et constate qu’il y a à peine un mois, les autorités prônaient un retour au travail et à une nouvelle normalité, pour relancer l’économie. "Retour en classe, réouverture des centres commerciaux, et même, à terme des cafés et des bars… C’est ce que prévoyait le gouvernement du milliardaire Sebastian Pinera fin avril et début mai. Mais rien de tout cela ne s’est finalement produit : les enfants et les étudiants ne sont pas retournés en cours, et les quelques centres commerciaux qui ont rouvert ont dû immédiatement fermer leurs portes, de nouveau. Car le nombre de cas n’a cessé d’augmenter, en particulier dans la région capitale. Au point que mi-mai, le gouvernement a décrété pour la première fois le confinement de tout le grand Santiago, qui regroupe près de 40% de la population du pays. Mais la mesure est arrivée tard, selon beaucoup d’experts, et n’a pas eu l’effet escompté : trois semaines après, le nombre de nouveaux cas continue d’augmenter, et ces derniers jours plus de 200 personnes sont mortes dans les services d’urgences de la capitale, soit parce qu’ils sont arrivés dans un état trop grave, soit parce qu’ils n’ont pas pu être pris en charge à temps, ou bénéficier d’un respirateur".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK