Le coronavirus circulait-il déjà chez nous en 2019, bien avant le premier cas officiel détecté en février?

Le coronavirus circulait-il déjà chez nous en 2019, bien avant le premier cas officiel détecté en février?
Le coronavirus circulait-il déjà chez nous en 2019, bien avant le premier cas officiel détecté en février? - © peterschreiber.media - Getty Images/iStockphoto

Le premier cas officiel de coronavirus chez nous, a été dépisté début février. Mais était-ce bien le premier cas de l’épidémie chez nous? Des généralistes aujourd’hui voient des patients atteints l’automne et l’hiver dernier d’étranges et sévères pneumonies, être testés aujourd’hui positifs au Covid 19.

Pneumonie atypique en automne 2019

Audrey Bonnelance, Généraliste à Woluwé Saint Pierre se pose beaucoup de questions ; "Nous avons eu en janvier et février, de nombreux patients qui se sont plaints de toux et de difficultés à respirer. A l’époque on ne parlait pas du Covid, ce sont donc des symptômes que l’on ne reliait pas à ce virus. On reliait cela à ce que l’on connaissait et puis, à l’auscultation, on découvrait des pneumonies (unilatérales ou bilatérales), avec des radiographies et des prises de sang qui ne collaient pas avec les cas de pneumonies que l’on avait l’habitude de traiter. C’était ce qu’on appelait des pneumonies "atypiques". On a cherché à comprendre mais les patients évoluaient plutôt convenablement et on a laissé tomber."

Et test sérologique Covid positif en juin

La crise arrive avec son cortège de malades et de morts, et des symptômes en pagaille. Il y a quelques jours, la doctoresse accueille une de ses patientes atteinte en novembre de la fameuse pneumonie inexpliquée :"La dame de 82 ans me dit qu’elle a encore aujourd’hui de petites difficultés à respirer et n’a toujours pas retrouvé son odorat. Là, je me dis, c’est bizarre. Je lui fais passer un scanner. Résultat, on y voit encore, sept mois après l’infection, des signes de bronchite. Et si c’était un Covid 19 ? Le test sérologique sera très largement positif au Covid 19."

Alors le coronavirus était-il déjà présent en Belgique en novembre, rien n’est sûr à 100% mais avec la pneumonie, les symptômes respiratoires aigus, la perte de l’odorat et les anticorps présents en juin, il y aurait selon elle, un faisceau concordant de signes que le coronavirus circulait peut-être dans notre pays bien avant le premier cas répertorié en mars.

La doctoresse propose désormais à tous ses patients qui ont souffert de ces symptômes un dépistage, il y en a six ou sept, en cours, dont la fille et la petite fille de la patiente positive au Covid.

Des cas de kawasaki chez quelques enfants en début d'année 

Stéphane Moniotte, Cardiologue pédiatrique aux Cliniques universitaires Saint-Luc investigue aussi sur la survenue de cas de Kawasaki chez des enfants. Cette réaction immunitaire secondaire suite à l’infection provoque des dégâts aux vaisseaux sanguins et au cœur. Une cinquantaine d'enfants ont été diagnostiqués.

Le spécialiste établit, en ce moment, un registre pour répertorier les cas qui pourraient être en lien avec le covid 19. Et comme il y a un délai de 3 ou 4 semaines entre l’infection et la survenue d’un kawasaki, il a décidé de commencer son registre au 1er janvier 2020 : "Nous les avons répertoriés a posteriori et nous avons constaté qu’il y avait une série de petits patients "kawasaki" pour lesquels nous n’avions pas du tout cherché la séropositivité au Covid. Nous en avons trouvé certains par exemple en février qui étaient positifs. Il y a donc vraisemblablement des patients qui ont présenté un kawasaki en lien avec le Covid au début de l’année. Une petite dizaine, en tout."

La génétique du virus nous indique sa présence chez nous avant mars

La génétique du virus peut nous donner certaines infos. Ce chercheur de l’ULB pense que le virus circulait déjà avant le carnaval : "Nous avons analysé le profil génétique de virus qui ont été prélevés sur plusieurs personnes infectées en Belgique. La génétique du virus, c’est un peu sa carte d’identité. Et si on la compare avec celle d’autres virus prélevés dans d’autres pays, on peut avoir une idée de l’importance des événements d'introduction du virus en Belgique et sur leur timing"

Et Simon Dellicour de conclure," Nos analyses indiquent qu'il est très probable que le virus circulait déjà en Belgique avant le retour des vacances de Carnaval en février."

Des présomptions mais pas de certitude scientifique

Des certitudes scientifiques, il n’y en a pas formellement. Marc Van Ranst, Virologue au centre de référence du Coronavirus de la KU Leuven explique : "Nous avons testé 700 échantillons de patients ayant eu des symptômes avent le premier mars et nous n’avons pas trouvé d’échantillon positif au virus. Mais je suis certain que le coronavirus était dans notre pays avant cette date. Nous n’avons pas de preuves mais avec tous les gens qui voyageaient entre la Chine et la Belgique, nous avons dû avoir des cas. Il est tout à fait plausible que le virus ait été là dès l’automne."

Des présomptions donc. Pour Sophie Quoilin, Médecin de Santé Publique chez Sciensano, le test sérologique ne nous apprend pas grand-chose : "Une fois, les anticorps acquis, on ne sait pas si la personne a développé cette immunité récemment ou pas pour des symptômes légers ou pour la pneumonie de l’automne dernier. Alors établir un lien de cause à effet, est très compliqué."

Pour trancher, il faudra des tests PCR

Le virus a-t-il circulé dans notre pays avant février, pour en avoir le cœur net, il y aurait peut-être une solution, nous explique l’experte en santé publique : " Nous pourrions utiliser des échantillons prélevés dans le nez et la gorge de patients dans des hôpitaux sentinelles de notre réseau de surveillance des infections respiratoires sévères. Cette surveillance fonctionne toute l’année, depuis près de 10 ans. On pourrait peut-être décongeler ces échantillons 'nasopharyngés' du début de l’année et réaliser un test 'PCR' qui nous dirait si l’on retrouve du Covid. Ce serait alors une vraie indication scientifique de la présence du coronavirus avant mars chez nous."

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK