Le coronavirus a "volé" 124.000 années de vie en 2020 en Belgique, selon le Bureau du Plan

La surmortalité en 2020 en Belgique est estimée à 16.000 décès, ce qui représente 124.000 "années de vie" perdue vu l'espérance de vie estimée, soit 7,7 ans en moyenne par personne décédée, selon les calculs du Bureau fédéral du Plan (BFP). Si un certain nombre de décès ont concerné des personnes âgées, qui avaient déjà atteint l'âge moyen d'espérance de vie, une partie d'entre eux ont en effet aussi concerné des personnes plus jeunes, à qui le virus a "volé" des années de vie.

Les "années de vie perdues" sont un indicateur, multipliant le nombre de décès liés à une cause spécifique par l'espérance de vie, qui permet de déterminer dans quelle mesure les décès ont été prématurés.


Lire aussi: Avec le coronavirus, les Belges ont perdu de l'espérance de vie, et ce dans toutes les classes sociales


Dans l'article du BFP publié sur son site internet, sur base de ses données statistiques, le calcul du nombre d'années de vie perdues ne se fait pas uniquement sur la base du nombre de décès dus au Covid-19, mais sur la base de la surmortalité globale estimée en 2020.

Parmi les 124.000 années de vie perdues en 2020, 32 % sont en attribuables aux personnes de 85 ans et plus, alors que ces dernières représentent 57 % des décès excédentaires.

La part des 65-74 ans parmi les décès excédentaires n'est que de 14 % mais la part de ce groupe d'âge dans le nombre total d'années de vie perdues est de 31 %, ce qui s'explique par l'espérance de vie plus élevée à ces âges-là.

 

Vaccination en Belgique: JT 30/04/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK