Le consortium 12-12 appelle aux dons pour l'Indonésie: priorité aux abris et à l'eau potable

Séisme suivi d'un tsunami en Indonésie: le consortium 12-12 appelle aux dons
Séisme suivi d'un tsunami en Indonésie: le consortium 12-12 appelle aux dons - © Tous droits réservés

Le tremblement de terre suivi d’un tsunami qui a touché les îles Célèbes en Indonésie a fait des centaines de morts et les autorités en redoutent des milliers. Un million et demi de personnes ont été touchées par le séisme et le tsunami, 300 000 seraient à l’heure actuelle sans abri et les communications sont très difficiles avec certaines zones de l'archipel. Axel Vande Veegaete, est le directeur du consortium 12-12 qui a décidé de réactiver son numéro de compte, pour faire un appel aux dons.

"Parce que vu l’ampleur de la catastrophe et les besoins sur place, les organisations humanitaires qui sont membres du consortium se sont concertées hier et ont décidé qu’il était mieux de se joindre et de joindre ses forces et de faire un appel aux dons conjoints, donc avec les sept organisations membres".

Dans ce consortium il y a aussi, Caritas, Handicap International, Médecins du Monde, Oxfam-Solidarité, Plan Belgique et UNICEF Belgique et la Croix-Rouge.

Besoins

"Les besoins pour le moment sont surtout des abris pour les gens qui sont sans abri, donc des tentes et des tarpaulins, de la nourriture — vous avez vu qu’on parle même de pillages — de l’eau potable, des matelas et naturellement des médicaments et des soins pour les blessés. Même si on n’a pas encore atteint toutes les régions touchées, on sait quels sont les besoins d’habitude pour des catastrophes pareilles. Donc on sait, quand il y a un tsunami et quand il y a un tremblement de terre, quels sont les premiers soins et les premiers matériaux de première nécessité qu’on a besoin pour apporter de l’aide".

Une triste routine ?

"C’est un peu une drôle d’expression, mais c’est un peu la routine parce qu’on connaît ce genre de catastrophe, donc on sait ce qu’il faut apporter. Les premières distributions ont déjà eu lieu ce matin par la Croix-Rouge locale".

Par exemple, Oxfam annonce qu’ils vont lancer des kits de purification d’eau  Ce sont surtout les organisations qui avaient déjà des partenaires locaux qui ont pu déployer leur aide immédiatement. Les autres sont occupés à acheminer les besoins de première nécessité à partir des stocks qu’ils ont en Indonésie.

Si je donne ce sera vraiment pour l'Indonésie ?

"Nous avons d’ailleurs une attestation fiscale qui nous oblige même à dépenser tous les fonds pour la catastrophe maintenant en Indonésie. A partir de 40 euros, on reçoit une attestation fiscale. Notre expérience est que sur toutes les catastrophes naturelles d’une telle ampleur, il y a une solidarité. Naturellement, il faut une participation aussi des médias qui doivent nous supporter dans nos efforts, mais quand les gens voient ce qui se passe sur place dans des situations pareilles, ils sont vraiment solidaires".

Il y a un numéro de compte conjoint, qui est le BE19-0000-0000-1212, et tout de suite l’argent est redistribué aux organisations membres, selon une clé de répartition qui est définie à l’avance.

Priorités

"Pour nous, c’est maintenant de mobiliser les médias pour nous supporter dans notre effort de collecte de fonds".

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK