Le climatologue Jean-Pascal van Ypersele : « Tous les partis ont un rôle à jouer »

Climatologue et professeur à l’UCLouvain, Jean-Pascal van Ypersele est l’invité du Grand Oral RTBF/Le Soir ce samedi 18 mai sur La Première et ce dimanche 19 mai sur La Trois. A une semaine des élections générales du 26 mai, il analyse les enjeux de la campagne électorale en ce qui concerne la lutte contre le réchauffement climatique.

Jean-Pascal van Ypersele et une vingtaine d’experts viennent de remettre un rapport sur le climat et la durabilité. Commandé par le mouvement Youth For Climate, ils proposent une série de mesures en faveur du climat et de l’environnement. Il ne le cache pas : ces jeunes sont une aubaine pour les valeurs qu’il défend, en tant que climatologue. « C’était d’ailleurs à prévoir, puisque c’est leur avenir qui est en jeu. Qu’ils se saisissent du problème est bien venu, cela devait arriver ».

Loi climat

Parmi les mesures préconisées par le rapport, le projet d’une loi climat revient sur la table. Abandonné il y a quelques semaines, ce point est pourtant central pour Jean-Pascal van Ypersele. « La politique belge climatique est très morcelée. Lorsqu’il y a une fuite sur le bateau, il faut travailler ensemble et non se disputer pour savoir qui doit colmater la brèche ».

Accord de Paris

Au-delà d’une loi climat, il existe déjà un accord international pour le climat : l’accord de Paris, signé en 2015. Comment l’Europe s’en sort-t-elle face à ces objectifs ? « Son bulletin est mitigé. Les résultats sont là, mais c’est trop lent ». Et en Belgique ? « Les jeunes attendent des résultats et si rien ne bouge les autorités se feront lapider ».

Bien des observateurs critiquent ce mouvement, le taxant d’immature. Son idéologie ne serait qu’une climatologie infantile. Jean-Pascal Ypersele juge ces réactions scandaleuses. « Les différents membres connaissent très bien le sujet. Beaucoup mieux que ceux qui les critiquent ».

Jean-Pascal van Ypersele réagit aussi au tôlé suscité par le tract d’Ecolo : « J’ai été très surpris par son retentissement dans les médias. Il était maladroit, mais faire dépendre le succès d’un parti à un couac de communication, c’est excessif. Je ne crois pas que cela aura un impact sur les résultats d’Ecolo ».

Il a dit

Le rapport commandé par Youth for climate recommande un changement systémique et rapide.  « Il ne faut plus compartimenter les compétences. L’approche doit être transversale. C’est la manière de procéder au changement de manière économique »

Taxer la viande ? « Il faut réfléchir à nos modes d’alimentation. A l’emprunte écologique des viandes venant du bout du monde et à l’alimentation de notre bétail. Un débat réfléchi doit avoir lieu, mais il ne faut pas le réduire à une taxe »

À propos d’Engie Electrabel : « L’entreprise pourrait soutenir la diminution de consommation d’énergie en vendant son expertise dans le domaine. Un win/win pour l’entreprise et pour les dépenses énergétiques des ménages » 

Le candidat à la présidence de la commission européenne, Manfred Weber (PPE), prône l’innovation technologique pour réussir les enjeux climatiques : « Je suis d’accord avec lui, mais il faudrait déjà appliquer les connaissances que nous avons déjà, comme l’isolation des bâtiments, par exemple. L’appel à l’innovation est souvent une excuse pour ne rien faire » 

Il met la jeune activiste Greta Thunberg à l’honneur : « Elle a vaincu sa timidité pour combattre un problème fondamental pour elle »

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK