Le CEB ne gomme pas les inégalités, selon les associations de parents

Les élèves du primaire passent le CEB ce lundi
Les élèves du primaire passent le CEB ce lundi - © Eric Destiné, RTBF

C’est le grand jour ce lundi pour 50 000 élèves de 6ème primaire. Ils vont tenter de réussir le CEB, le certificat d’étude de base. L’objectif est de gommer les différences entre écoles et entre élèves à l’entrée du secondaire. Beaucoup de voix s'élèvent contre le CEB, en particulier celles des associations de parents, pour dénoncer les failles d’un système qui, selon elles, renforce les inégalités.

Même questions, même durée et même grille de correction pour tout le monde : le CEB doit donner la même chance à tous les élèves.  Et en apparence, le nouveau système a donné de bons résultats: en 2012, le taux de réussite était de 95 %.

En réalité, ce chiffre masque de profondes différences, estime Jessica Mathy porte-parole de la FAPEO, association des parents de l’enseignement officiel : "Il y a vraiment des disparités. Certains élèves l’ont réussi à 51 ou 52%, voire 48% ou 49% et le conseil de classe les a un peu poussés pour qu’ils l’obtiennent. Alors que d’autres élèves le réussissent brillamment, entre 85 et 95%. Une fois qu’ils ont réussissent le CEB, tous ces élèves se retrouvent dans la même classe en première année commune, comme s’ils étaient tous égaux".

Même constat et même analyse  de Bernard Hubien secrétaire général de l’UFAPEC (Association des parents de l’enseignement catholique) : "Il faut prendre des mesures pour que, même si l’examen reste tel qu’il est, il n’y ait plus aucun enfant qui soit à cette limite, ou même parfois un peu en-dessous. Parce qu’on sait bien qu’avec cette maîtrise insuffisant de la langue, ils sont partis pour un parcours semé d’embûches".

Les associations de parents demandent un meilleur suivi à la sortie de la sixième primaire pour les enfants qui réussissent tout juste le CEB, pour qu’ils vivent mieux leur rentrée à la grande école.

Thierry Vangulick

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK