Le carnaval dans la peau: ils se tatouent des gilles de Binche

A quelques semaines du carnaval, les "binchou" trépignent d'impatience. Pour supporter l'attente, certains gravent leur folklore sur leur peau.

Mimosa et tambour

"J'avais d'autres tatouages en tête. Mais celui-ci me plait vraiment", confie Anastasia Sallendre. Pour son tout premier tatouage, la jeune femme a choisi de revendiquer sa passion pour le carnaval de Binche.  "Je suis femme de gille. Chaque année, mon mari m'offre un ramon avec du mimosa. Le mimosa me représente donc bien", sourit la jeune femme, son mimosa fraîchement gravé sur son bras. 

Ramon, tambour ou chapeau en plumes d'autruche, tous les motifs sont possibles. La tatoueuse Camsolo se réjouit de ce succès pour les tatouages 100% binchou. "J'ai moi même un mimosa sur le bras. J'ai aussi travaillé sur le Plus-Oultre pour que tout le monde puisse s'y retrouver". Pour les novices, le "Plus Oultre", c'est la devise de Charles Quint et elle signifie "Toujours plus loin". 

L'identité dans la peau

Les passionnés ne comptent pas le temps consacré à leur nouveau tatouage. Thomas a choisi de se faire tatouer un gille; une opération de 3h (1h30 pour le dessin et 1h30 pour le tatouage). "C'est un petit coup de folie! Pour moi, c'est un des plus beaux costumes". 

Pour Fabian Bernard, un gille tatoué sur l'avant-bras, c'est un signe d'appartenance. "On est fier d'être binchou. C'est imprimer notre identité dans la peau". 

Rendez-vous le mardi 5 mars à Binche pour admirer les gilles en chair et en os. 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK