Le carnaval d'Alost, antisémite? Pour Israël la réponse est oui

Le ministre israélien des Affaires étrangères Israel Katz a appelé la Belgique, ce jeudi sur Twitter, "à condamner et à interdire" le carnaval d’Alost, qu’il qualifie de "manifestation antisémite".

Selon Katz, "la Belgique en tant que démocratie occidentale devrait avoir honte de permettre une telle manifestation antisémite".

La réaction de l’ambassadeur d’Israël en Belgique

Nous avons contacté Emmanuel Nahshon, ambassadeur d’Israël en Belgique. Il explique la position de son gouvernement : " Ce que nous demandons, ce n’est absolument pas l’interdiction du carnaval en tant que tel. Ce que nous demandons, c’est l’interdiction de toutes ces caricatures antisémites qui vont bien au-delà du bon goût, qui n’ont rien à voir avec le sens de l’humour et qui ne font pas honneur à une démocratie exemplaire telle que la Belgique". Et d’ajouter : " Il y a encore à peu près 72 heures jusqu’au carnaval. Et nous attendons que les gens se ressaisissent et comprennent qu’il est inacceptable en 2020 de présenter ce genre de caricature contre des Juifs ou contre quiconque d’autre d’ailleurs. Ce n’est pas seulement une question d’antisémitisme. Je pense qu’on n’a plus le droit de se moquer de groupes ethniques ou religieux de telle manière. Ça nous rappelle des années très sombres d’il y a plusieurs décennies et ça n’a certainement pas sa place dans un pays exemplaire et tolérant tel que la Belgique."

Le carnaval d’Alost aura lieu ce dimanche. La presse internationale risque d’avoir les yeux braqués sur lui.

Le bourgmestre d'Alost réagit lui aussi

Christoph D'Haese, le bourgmestre N-VA d'Alost, a réagi à son tour : "Je suis très étonné de la réaction du ministre et de cette demande d'interdire totalement le cortège du carnaval. C'est une demande disproportionnée. Je trouve que ce n'est pas juste. Ca fait plus de 90 ans que ce carnaval existe et maintenant ça pose problème. Alost n'est ni une ville raciste ni une ville antisémite. Je voudrais l'affirmer clairement"

Le bourgmestre insiste : il ne compte pratiquer aucune censure. Mais il appelle au respect de toutes les opinions".

On verra dimanche si cet appel aura bien été entendu.


►►► A lire aussi : Antisémitisme au carnaval d’Alost : des eurodéputés craignent de nouvelles dérives


Le carnaval d’Alost avait fait la Une de la presse l’an dernier à cause d’un des chars de son cortège représentant des juifs orthodoxes de manière caricaturale, aux nez et doigts crochus et protégeant un coffre-fort.

En décembre, l’Unesco a retiré l’événement de la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Les critiques des organisations juives et les accusations d’antisémitisme ne semblent cependant pas avoir eu grand effet sur le terrain. Peu après le début de la polémique, des rubans destinés à des collectionneurs amateurs du carnaval ont ainsi circulé, avec des dessins reprenant à nouveau des caricatures de personnages juifs et détournant le logo de l’Unesco.