Le brown-out, un nouveau nom pour le stress lié aux tâches quotidiennes

Un nouveau nom sur une pathologie bien connue: le stress professionnel.
Un nouveau nom sur une pathologie bien connue: le stress professionnel. - © Tous droits réservés

Le brown-out serait-il la nouvelle pathologie qui menace les travailleurs? Après le burn-out, maladie du stress, et le bore-out, lié à l’ennui, le brown-out se définirait plutôt comme une démotivation causée notamment par l’absurdité des tâches quotidiennes.

Des tâches répétitives, une perte de sens, voire un conflit entre ses valeurs personnelles et son travail. Telles sont les prémisses du brown-out. Littéralement une perte de courant, une démotivation progressive, telle que l’a vécue Bruno il y a quatre ans : "J’étais obligé de pratiquer une stratégie commerciale qui allait à l’encontre de nos valeurs. Donc je me sentais un peu obligé d’agresser le client. Et, ainsi, je m’agressais moi-même. Après un certain temps, on se rend compte que même pour conserver son emploi, renoncer à sa conscience, c’est moralement pesant".

Le manque d’épanouissement

Les autres cibles du brown-out sont les jeunes diplômés obligés d’effectuer des tâches absurdes malgré leur haut niveau de qualification. Une perte de sens que l’on retrouve déjà dans le burn-out. La subtilité est qu’ici, le problème principal n’est pas le stress mais le manque d’épanouissement. Avec des conséquences parfois lourdes, comme l’explique Dominique Lelubre, psychologue :  "Les symptômes sont pratiquement les mêmes que ceux du burn-out : l’épuisement physique, les problèmes musculo-squelettiques, les troubles digestifs et du sommeil. Cela peut ressembler à de la dépression. C’est un conflit de loyauté entre les valeurs de l’individu et la réalité économique. "  

Une pathologie qui porte un joli nom

Un profond conflit de loyauté s’installe donc entre nos valeurs et celles de l’entreprise. Un conflit qui, bien souvent, ne se règle qu’en quittant son poste. Mais les spécialistes insistent : si la souffrance au travail est bien en augmentation, le brown-out n’est rien d’autre qu’un nouveau nom posé sur une pathologie moins nouvelle qu’il n’y paraît.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK