Le Belge raffole des coupons de réduction: "Ça me permet d'avoir des courses 50% moins chères"

Le Belge raffole des coupons de réduction: "Ça me permet d'avoir des courses 50% moins chères"
Le Belge raffole des coupons de réduction: "Ça me permet d'avoir des courses 50% moins chères" - © Jonas Hamers - ImageGlobe

Le Belge est champion du monde de coupons de réduction. Il est celui qui utilise le plus ces promotions : 600 millions de bons utilisés en cinq ans. Mais les profils des utilisateurs sont différents. Il y a ceux qui n’ont pas le choix. "Aujourd’hui, il y a 11% de la population qui a vraiment besoin de ces prix bas et de ces coupons", explique Pierre-Alexandre Billiet, directeur du magazine sur la consommation, Gondola. Pour les autres, c’est un sport. Un sport auquel s’adonne Mathieu Georges. Ce militaire collectionne les coupons de réduction. "Personne n’est jamais trop riche", avoue Mathieu, mais il prend ça aussi comme un jeu.

Des produits moins chers ou totalement remboursés

C’est donc durant ses courses que nous suivons Mathieu, coupons de réduction sous le bras évidemment. Sa liste de course est dans son téléphone pour ne rien oublier. Il est à l’affût des bonnes affaires, déjà repérées dans les folders de cette grande surface de Perwez. "20% sur le melon charentais. Avec le jambon de Parme, ça va être idéal", s’exclame le jeune homme. Et au fil des rayons, Mathieu remplit son caddie de promotions. Après le melon et le jambon de parme, c’est sur les flocons d’avoine qu’il craque. "1+1 gratuit, ça vaut la peine. Je prends ça d’habitude. J’en ai encore, mais à ce prix-là, c’est intéressant !"

Dans un autre rayon, Mathieu trouve des haricots préparés d’une grande marque. Un produit qu’il se fera totalement remboursé. "J’ai une application qui me permet d’être remboursé à 100%. Je vais tester. A priori, je n’achète pas ça, mais ça va me permettre de faire des wraps ou des tacos".

De belles économies à la clé

Toutes ces promotions lui font économiser de belles sommes. "Ça me permet d’avoir parfois des courses à 50% moins chères sur l’ensemble des courses. De manière générale, je gagne au moins 10 euros sur une liste de course hebdomadaire", raconte Mathieu.

Ce jour-là, à la caisse, il a économisé 17 euros grâce aux promotions. Mais le ticket va encore diminuer. De retour chez lui, Mathieu va se faire rembourser trois produits pour un montant de 7 euros. "Ça va relativement vite, je vais scanner le code-barres. La demande a été envoyée déjà. Ça a pris une vingtaine de secondes. Je vais me faire rembourser endéans les deux jours, peut-être même encore aujourd’hui", nous indique Mathieu. Au total, il a gagné 24 euros sur un caddie de 80 euros. "C’est un quart du montant des courses."

Des applications, des folders et des sites internet

Mathieu trouve ces promotions directement dans les magasins, sur des applications comme Shopmium ou myShopi et sur des sites internet. Guillaume De Ryckel a créé le site "Face à la crise" il y a maintenant six ans. "Il y a pas mal de bons plans. Ça peut être des échantillons gratuits, des bons de réduction, des produits gratuits sous forme de bons à imprimer, des remboursements, des enquêtes rémunérées", explique ce jeune entrepreneur. "Ce qui fonctionne le mieux, ce sont les bons gratuits qu’on imprime chez soi. Ça va très vite. Par exemple, un jour, j’ai mis en ligne 10.000 bons gratuits pour une lasagne d’une grande marque. Après une demi-heure, les bons étaient partis !"

Un réel besoin pour une partie de la population

Guillaume recense toutes les bonnes affaires que les grandes marques lui proposent ou qu’ils trouvent sur le web. En six ans, son site, qui était un travail de fin d’étude, est devenu un travail et surtout une référence pour les chercheurs de bons plans. Il compte désormais 100.000 fans sur les réseaux sociaux. "Il y a pas mal de solutions qui permettent de trouver des alternatives à cette crise pour essayer de la combattre. Il y a moyen de sentir une différence à la fin du mois. C’est pour ça qu’en 6 ans, il y a toujours plus de gens qui viennent sur mon site", analyse Guillaume de Ryckel.

Le site de Guillaume répond à un besoin de la population. "Je reçois beaucoup de mails de gens qui me disent "Surtout n’arrêtez pas parce qu’on a besoin de ça et j’ai aussi des mails de gens qui sont dans des situations encore plus difficiles. Ils me disent : 'Heureusement que vous êtes là, mais ce n’est pas suffisant, on a du mal à boucler nos fins de mois'".

Des promotions, avec quel impact?

Mais si le consommateur est attiré par les bonnes affaires. Il doit aussi faire attention à la société dans laquelle il vit. "Le consommateur doit bien réfléchir pourquoi on lui offre des produits bons marchés et quel est l’impact au niveau sociétal, mais sur tous sur les acteurs de la chaîne. Quel est l’impact du fait d’acheter un poulet à 1,50 euro, quel est l’impact sur l’agriculteur aujourd’hui ?", pose comme question Pierre-Alexandre Billiet, directeur du magazine sur la consommation Gondola.

En 2015, selon un groupe marketing, les familles belges ont économisé 103 millions d'euros grâce à ces bons de réduction. Chaque habitant en utilise en moyenne plus de 6 par an.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK