Le Belge est-il infidèle ?

Le Belge est-il infidèle ?
Le Belge est-il infidèle ? - © RTBF

Les chiffres publiés par un site internet de rencontres extraconjugales laissent penser que les Belges apprécient particulièrement les aventures amoureuses. Notre pays occuperait même la troisième place du podium, juste derrière la France et l'Italie. Voilà qui n’est pas vraiment rassurant en ce jour de Saint-Valentin.

Le site internet "Gleeden", réservé aux personnes mariées, est à l'origine de cette révélation. Créé fin 2009, il comporte aujourd'hui plus de 50 000 membres en Belgique. Seuls les Italiens et les Français font mieux que nous.

"Je me fais draguer au moins dix fois par jour"

Les personnes interrogées en rue ne se disent pas surprises car le Belge serait particulièrement entreprenant. "Je me fais draguer au moins dix fois par jour", nous dit une passante. Pour une autre, "le Belge ment beaucoup ", alors qu’un homme prétendra, un large sourire aux lèvres, qu’il est lui, très fidèle. Car les hommes n'ont pas le monopole de la tromperie : quatre membres sur dix du site Gleeden sont des femmes.

L’influence des réseaux sociaux

Valérie Kinzounza est chef d’édition pour le magazine Flair: "L’infidélité est un sujet qui touche les femmes. Nous nous sommes même demandé si les réseaux sociaux, qui favorisent les nouveaux contacts, n’y sont pas pour quelque chose", dit-elle.  

La sexologue Bahareh Dibadj confirme et explique que ce phénomène relativement récent, représente une sorte de menace pour le couple. Aujourd’hui, "on peut faire une sorte de shopping sur internet en essayant de trouver toujours mieux, jusqu’à ne pas trouver, le plus souvent", explique-t-elle.

La clientèle désorientée des sexologues a augmenté de 80% en dix ans, voilà qui n’est guère réjouissant en ce jour de Saint Valentin.  

I.L. avec Thomas Rorive

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK