Le Belge Bernard Fabrot récompensé par le MIT : son travail a permis l’ouverture d’une « capsule temporelle »

Le Belge Bernard Fabrot, informaticien indépendant, a réussi à résoudre un casse-tête cryptographique développé en 1999 par le célèbre laboratoire d’informatique et d’intelligence artificielle du Massachusetts Institute of Technology (MIT) à Boston aux Etats-Unis. Le créateur du puzzle, Ron Rivest, avait estimé qu’il faudrait au moins 35 ans avant que l’énigme ne puisse être résolue. Mais Bernard Fabrot a réussi à percer le mystère le 15 avril dernier, déjouant les pronostics.

Il a été félicité au cours d’une cérémonie mercredi soir dans le prestigieux institut technologique aux Etats-Unis. Acclamé par la foule dans une salle où sont passés les plus grands inventeurs, Bernard Fabrot est à la fois ému et surpris par autant d’attention. Le Belge, qui a appris la programmation en autodidacte, a réussi à résoudre un problème mathématique vieux de 20 ans. C’est par hasard, en consultant un forum sur internet il y a 3 ans et demi, qu’il s’est lancé dans ce gigantesque calcul.

Ouverture d’une « capsule temporelle »

« J’aime bien participer à des challenges de ce genre », explique le programmateur. « Il fallait bien que quelqu’un soit le premier (à résoudre le casse-tête). Il se trouve que j’ai vu le problème. J’ai fait un rapide calcul mental, et je me suis dit : OK, c’est faisable. J’ai vérifié en programmant un petit bout de code. Et là j’ai dit : eh bien voilà, on va essayer, pourquoi pas moi… Et ça a fonctionné ! », conclut-il, enthousiaste.

Ron Rivest, un des plus grands spécialistes mondiaux du codage, a conçu l’énigme : un nombre de départs qu’il fallait élever au carré des milliards de fois. Le Bruxellois a réussi à relever le défi 15 ans plus tôt que ce que Rivest avait prévu. « Cela montre à quel point il est difficile de faire ce type de prédiction », déclare le créateur du casse-tête. « C’est vraiment une bonne illustration du fait que les évolutions de la technologie sont difficiles à prévoir. »

La résolution du code a permis l’ouverture d’une capsule temporelle datant de 1999. Elle contient des artefacts informatiques du MIT et du matériel relatif à l’invention d’Internet, d’Ethernet et du tableur numérique.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK