Le baiser: un moment de bonheur boosté à l'ocytocine  

Vénus et Cupidon
Vénus et Cupidon - © GABRIEL BOUYS - AFP

Il y a de l’amour dans l’air en ce 14 février, jour de la Saint Valentin. Vous vous souvenez sans doute de votre premier baiser, le rythme cardiaque qui s’accélère et la peau qui s’embrase. Que se passe-t-il exactement dans notre corps lorsque l’on embrasse quelqu’un? Le baiser est plus qu’une question de chimie que d'alchimie.

Le baiser consenti déclenche, dans notre organisme, une série de réactions chimiques dont le moins que l’on puisse dire est qu’il est difficile de les expliquer. C’est sans doute la magie de l’amour.

Illustration par l’exemple avec les avis de plusieurs couples, tous âges confondus. "Une attirance de l’un vers l’autre bien entendu", "Plein de petits papillons dans le ventre, c’est un moment vraiment unique", "C’est l’excitation, ce sont les sourires qui montent tout seuls, même en se regardant", " L’alchimie entre les 2 personnes, c’est quelque chose d’inexplicable. On se dit pour la première fois que la personne, en quelque sorte, est à nous".

L'hormone de l'amour

Quelque chose d’inexplicable, donc et pourtant, il y a une explication scientifique à tout ça. La première responsable est une toute petite hormone appelée l’ocytocine. Vincent Geenen, endocrinologue au CHU de Liège décrit un phénomène plus chimique qu’alchimique: "Il va y avoir une libération d’ocytocine en différents endroits du cerveau, qui vont certainement être impliqués non seulement dans l’aspect du bonheur, mais va aussi renforcer le comportement affectif et le lien interactif entre les 2 personnes. Le fait d’embrasser va éveiller également une action au niveau du système nerveux végétatif, et il peut y avoir aussi l’érection qui peut déjà commencer ne serait-ce que par un baiser". 

Cette hormone sera aussi un facteur d’attachement que l’on surnomme d’ailleurs "Love hormone".

Stress adrénaline, transpiration et accélération cardiaque 

Cette montée d’hormones dans notre cerveau et dans le sang aura aussi des effets concrets sur notre corps. Le premier baiser va d’abord faire monter l’adrénaline, générer du stress lié au fait que c’est la première fois. Ça va se traduire sur le corps par de la transpiration et une accélération cardiaque.

Et enfin, une fois que le baiser a commencé, un lâcher-prise, une détente musculaire. C’est cette fois l’hormone de l’amour, l’ocytocine, qui prend le pas sur l’hormone du stress. On se sent juste bien, on a envie que ce moment ne s’arrête pas ou se reproduise le plus souvent possible. D’ailleurs, les couples qui s’embrassent souvent développeraient une relation plus solide que les autres.

Le baiser de l’homme vient de Mars, celui de la femme de Vénus

Le baiser, qui peut aussi être un préliminaire sexuel, a une signification différente pour l’homme et pour la femme. Les hommes auraient davantage tendance à prendre le baiser comme le signe que "c’est gagné", qu’ils vont pouvoir aller plus loin. Chez la femme, la situation est moins simple, comme l’explique Valérie L’Heureux, sexologue : "En général, les femmes n’aiment pas être prises au dépourvu, elles préfèrent une première approche. Si possible au-dessus de la ceinture, dans la sphère qu’on dit plus émotionnelle. Donc les épaules, le dos, le cou. Et puis seulement une approche plus pénétrante, qui serait un French Kiss par exemple".

A l’opposé même des hommes, davantage à l’affût de signes qui permettront de brûler les étapes. "L’homme va imaginer que c’est la première marche, et qu’il pourra aller plus loin. Et pour les femmes, les choses se vivent plus intensément, dans le sens 'Est-ce que je vais pouvoir me laisser aller, est-ce que je suis bien dans ce que je suis en train de faire ?' Typiquement, il y a un archétype qui fait que la femme est plus dans la réceptivité et l’homme dans une agressivité, mais qu’on dit saine. En général, l’homme est un peu plus dynamique dans le baiser".

Voilà pour les tendances, même si rappelons-le, chacun est différent, il n’y a pas de règles en amour et finalement, c’est ça qui fait tout le charme de notre cher Cupidon.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK