Dans la nuit du 30 juin au 1er juillet, nous gagnons une seconde de vie

Illustration: le 30 juin, nous gagnerons une heure de vie
Illustration: le 30 juin, nous gagnerons une heure de vie - © Archive AFP/JEFF PACHOUD

Le 1er juillet 2012, à 2h00m00s, toutes les horloges de Belgique (et du monde) devront être retardées d’une seconde. Nous gagnerons donc tous une seconde de vie. Le système de la "seconde intercalaire" pourrait prochainement être abandonné.

Une conférence internationale en 1972 a adopté le "Temps universel coordonné" ou UTC, calculé dans 70 laboratoires du monde entier par 400 horloges "atomiques" (la seconde est définie par le rythme d'oscillation d'un atome de césium).

Le temps atomique, s'il a l'avantage d'être beaucoup plus précis, diffère de quelques fractions de seconde du temps défini par la rotation de la terre. Aujourd'hui, pour garder la corrélation avec la rotation terrestre, une "seconde intercalaire" est ajoutée à peu près tous les ans. C’est ainsi que ce 30 juin 2012, après 23h59m59s, il sera 23h59m60s avant de passer, la seconde suivante, le 1er juillet à 00h00m00s. L’Observatoire royal de Belgique recommande donc de retarder toutes les horloges de Belgique d’une seconde le 1er juillet à 2h00m00s.

Aucun tir de fusée

La dernière fois que l’on a ajouté cette "seconde intercalaire" remonte au 31 décembre 2008 et ce 30 juin sera seulement la 25e seconde ajoutée au temps universel depuis l'instauration de ce système.

Pour le commun des mortels, l'opération n'aura pas de répercussion retentissante. En revanche, les systèmes de haute précision, comme les satellites ou certains réseaux informatiques, devront tenir compte de ce "saut de seconde" sous peine de provoquer un décalage potentiellement catastrophique. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle aucun tir de fusée n'est jamais programmé ces jours-là, un décalage, aussi infime soit-il, risquant de brouiller les calculs.

Abandonner la seconde intercalaire?

Il est à noter que certains scientifiques proposent de supprimer cette seconde intercalaire, abandonnant du même coup la corrélation avec l'heure GMT.

Ce changement semble rendu de plus en plus indispensable par le fonctionnement des réseaux, aussi bien de télécommunication que de navigation par satellite, comme le GPS américain, le GLONASS russe, l'Européen Galileo et le BeiDou chinois : ces réseaux ont besoin d'une synchronisation au niveau de la nanoseconde.

Or, certains systèmes pratiquent le "saut" d'une seconde, d'autres non, et leur interopérabilité est compromise. Une recommandation proposant de supprimer la seconde intercalaire sera bientôt soumise au vote de l'Union internationale des télécommunications à Genève. Si elle est adoptée, le temps atomique va s'écarter progressivement du temps solaire, à raison d'une minute dans 60 à 90 ans, et une heure dans 600 ans.

A.L.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK