La Wallonie répare ses routes pour le Tour de France

Les chantiers se multiplient sur plusieurs routes de la Région wallonne mais qui en interpellent plus d'un. Dans certains cas, il semble que les travaux effectués ne sont pas vraiment des priorités pour les communes concernées. A Chaumont-Gistoux, par exemple, on rénove la chaussée de Huy sur une distance de 2 kilomètres dans le centre de Gistoux. Ce sont des travaux de raclage et de ré-asphaltage. En d'autres termes, on y fait une voirie toute neuve.

Travaux nécessaires ?

A en croire les habitants, uniquement parce que le Tour y passera dans quelques jours. Ce chantier était- il vraiment nécessaire ? Pas vraiment, selon Luc Mertens, l'échevin de l'Aménagement du territoire et de la Mobilité de Chaumont-Gistoux : "Ce n'était pas une de nos priorités parce que dans le centre du village on roule à 50 km/h, les trous sont des trous qui sont tout à fait prévisibles. Ca ne représentait pas pour nous en terme de danger pour la sécurité des habitants, que ce soient des cyclistes, des piétons ou des automobilistes".

C'est la Région wallonne qui décide

Mais sur une route régionale, c'est le Service Public de Wallonie qui décide et surtout qui finance. Pour la porte-parole du SPW, Laurence Zanchetta, l'investissement n'est pas extraordinaire : "Il n'y a pas eu de budgets supplémentaires qui ont été mis. Dans la plupart des cas, ces travaux ont été faits dans le cadre de baux d'entretien dont disposent les districts de la Région wallonne". Ces crédits disponibles sont dirigés en priorité vers le Tour.

Ce sont en tout 358 kilomètres de routes wallonnes qui seront empruntées par le peloton. Il est vrai que le Tour de France est une vitrine pour nos régions et que s'il devait y avoir des accidents occasionnés par le mauvais état des routes, ce serait une contre-publicité. Alors, travaux utiles ou pas ?  Ces aménagements ne disparaîtront pas après le passage de la caravane.

 

Colette Jaspers avec Sébastien Remacle

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK