La voiture du futur? Elle est à l'essai en Suède

Conduire sans les mains est déjà possible
Conduire sans les mains est déjà possible - © RTBF

Un million deux cent mille personnes meurent chaque année sur les routes dans le monde. Et 93 % de ces accidents sont la conséquence d'une erreur humaine. Pour rendre la route plus sure, la plupart des constructeurs dans le monde travaillent sur des voitures autonomes, que l'on pourrait appeler des voitures sans conducteur. Science- fiction ? Et bien non...

Dès 2017, Göteborg, en Suède, servira de ville test à son constructeur local, Volvo. Les premiers prototypes circulent déjà. Alors à quoi ressemblera la vie à bord de ces véhicules et que permettront-ils de faire ? Petit tour à bord d’une de ces premières voitures autonomes.

Nous avons tous rêvé un jour de pouvoir lire, travailler, écrire au volant, en toute sécurité et c’est sans doute l'avenir de l'automobile. Pour cela tous les constructeurs y travaillent et dans certains pays des prototypes roulent déjà. C'est le cas en Suède où la ville de Göteborg et Volvo s'apprêtent à tester le système à grande échelle. Le principe est simple. Grâce à des caméras, des lasers, des radars et des données GPS très précises, la voiture roule seule en toute sécurité. Cela peut paraître effrayant, mais c'est sans doute plus sécurisant qu'un conducteur humain.

Anders Lie, spécialiste de la sécurité routière du Ministère suédois des Transports, explique que "la voiture autonome peut faire un ensemble de choses que les êtres humains ne font pas bien, comme conduire par exemple. La majorité des accidents sont provoqués par des erreurs humaines ou des problèmes d'inattention. La voiture autonome devrait permettre à l’avenir d'éviter cela".

Science-fiction, gadgets ?

C’est qu’il ne s'agit plus de science-fiction, ou de gadget pour films de James Bond. Ces voitures existent déjà. Un prototype est testé actuellement sur certaines routes suédoises, mais, en 2017, c’est un test à grande échelle qui sera mené à Göteborg. Cent voitures autonomes seront confiées à cent conducteurs lambda. Des conducteurs non professionnels qui, pendant un an, testeront ces voitures dans le trafic quotidien.

Pour Johan Nyhus, Président de l’Administration des Transports de la ville de Göteborg : "Ce test doit apporter un ensemble de réponses, comme comment adapter la législation et que faire pour généraliser ce type de conduite en Europe et dans le reste du monde. Il y a de nombreuses questions. Le test devra permettre d'y répondre".

A bord du prototype, Stéphane Solyom, spécialiste autonome du Volvo Group, explique comment lorsqu’il appuie sur un bouton bien précis la voiture se met en mode autonome.

Le gouvernement suédois est persuadé que la voiture autonome lui permettra d'atteindre son objectif de zéro mort sur les routes. A terme, ces voitures seront, en effet, capables de détecter tout obstacle et de respecter à la lettre les limitations de vitesse. Lorsqu'elles seront généralisées, elles devront permettre aussi de diminuer les embouteillages, en réduisant par exemple la distance entre les véhicules, ou en redémarrant plus rapidement aux feux rouges. Les voitures autonomes permettront aussi un aménagement des infrastructures.

"Si un véhicule autonome roule exactement au centre de sa bande de circulation", ajoute Stéphane Solyom, spécialiste autonome du Volvo Group, "il ne sera plus nécessaire d’avoir des bandes de circulation aussi larges qu'elles ne le sont aujourd'hui. On pourra rétrécir les bandes, et en mettre plus. Cela signifie que le trafic pourra être augmenté sur les routes existantes. C’est vraiment un bonne nouvelle".

L'automobile de demain prendra de plus en plus en charge la sécurité du conducteur. Un détecteur d'attention permettra par exemple à la voiture de décider si elle abandonne ou non la conduite autonome au profit de l'automobiliste. Ou encore, si le conducteur somnole ou est victime d'un malaise, la voiture réagira seule.

Selon Per Landfors, spécialiste détecteur d’attention du Volvo Group, dans la conduite autonome : " Ce système permettra à la voiture de savoir si le conducteur est apte à reprendre le contrôle soit en détectant si le conducteur est fatigué soit s'il dort dans la voiture. Si c'est le cas, un signal retentira pour le réveiller. S’il ne réagit pas, la voiture pourra par exemple aller se garer en toute sécurité".

Adieu aux problèmes de parking

C’en est donc fini du problème de parking. La voiture dépose l’automobiliste à la porte du cinéma et part toute seule chercher une place. Lorsque l’automobiliste sort du cinéma, il rappelle sa voiture qui revient toute seule le rechercher en évitant tous les obstacles.

Tous les constructeurs travaillent activement à ces voitures autonomes. Cependant de nombreuses questions restent en suspens. En Belgique par exemple, il est interdit au conducteur de faire autre chose en conduisant. Il faudrait donc changer la loi !

Et puis il y a aussi la question de la responsabilité en cas d'accident. Toutefois, les premières voitures autonomes devraient arriver sur nos routes en 2020. C’est peut-être une bonne nouvelle pour ceux qui s'ennuient au volant ou qui ne veulent plus perdre leur temps en voiture mais cela en est peut-être une moins bonne pour ceux qui éprouvent du plaisir à conduire.

Dominique Dussein avec Viviane Saintpo

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK