Bilan 2019: la voiture a toujours la cote, et le SUV fait rêver les conducteurs belges

2019 est la deuxième meilleure année pour le marché automobile belge après l’année 2011

Le Service Public Fédéral Mobilité & Transports et FEBIAC, la Fédération Belge de l'Automobile et du Cycle, ont communiqué les résultats des immatriculations de véhicules neufs pour l'année. 550.003 véhicules ont été immatriculés. Ce qui représente une légère hausse de 0,07% par rapport à 2018. La voiture est donc toujours autant plébiscitée.

Au cours de l’année écoulée, les Belges ont préféré encore un peu plus l’essence - 61,6% des nouvelles immatriculations - au diesel, 31,4% (contre 35,5% en 2018). L’effet, notamment, du durcissement des normes de pollution dans certaines grandes villes. Exemple à Bruxelles où depuis le 1er janvier, les véhicules de type EURO 3 Diesel sont interdits à la circulation. Ces changements qui ont poussé les Belges à changer de véhicules et opter pour des modèles moins polluants.

L’électrique a du mal à rivaliser mais augmente néanmoins: près de 9000 voitures entièrement électriques ont été immatriculées contre 3648 véhicules en 2018. Ce qui reste marginal.

Au niveau des types de voitures plébiscités, les "Sport Utility Vehicule" (des voitures hautes aux faux airs de 4X4) augmentent leur part de marché. Passant de 30% en 2017 à 36,5% en 2018 et 39,1% en 2019. Les voitures familiales et les breaks montent également sur le podium avec 28,5% et 14,6%.

Certaines marques ont également davantage la cote que d'autres. En tête, Volkswagen (9,7%) suivi des françaises Renault (8,8%) et Peugeot (7,8%). Mercedes et BMW viennent compléter le top 5 avec 6,9% et 6,7% des ventes.

Hausse des utilitaires

Les véhicules utilitaires légers progressent également en 2019 avec une hausse de 4,2% et 81.218 unités immatriculées. Un chiffre qui n’a jamais été aussi élevé.

Du côté des véhicules utilitaires lourds, les utilitaires de plus de 16 tonnes annoncent une progression annuelle de 7,6%.

Succès des deux roues électriques

Les deux roues motorisées connaissent un léger gain de 0,9% des ventes.

Par contre, les cyclomoteurs – soit les deux ou trois roues équipées d’un moteur ne dépassant pas les 50 cm 3 ou d’un moteur électrique – connaissent un boom important (+28,1%). Celui-ci correspond au succès croissant des scooters et des vélos électriques.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK