La ville de Couvin va limiter le nombre de camps scouts en été

Les mouvements de jeunesse ont parfois des difficultés à trouver un lieu de camp pour l'été. Aux 4 coins du pays, les meilleurs sites sont pris d'assaut, qu'il s'agisse de prairies ou de centres d'hébergement. La cohabitation avec les riverains n'est pas toujours facile non plus.

Dans le sud de la Province de Namur, à Couvin, on a d'ailleurs décidé de réduire l'accueil des mouvements de jeunesse et de tenir les camps à l'écart des quartiers d'habitation. La ville a pris la décision de diminuer leur nombre de moitié et de les tenir à minimum 200 mètres des habitations. Objectif: réduire les nuisances pour les riverains.

L'année dernière, 113 camps se sont installés à Couvin. À l'unanimité, la ville a décidé de limiter le nombre de camps autorisés à 60 par an. Les scouts, agriculteurs et commerçants voient cette décision d'un mauvais œil. Même si Eric, agriculteur à la retraite, reconnaît qu'il y a parfois quelques abus des scouts qui viennent s'installer dans la région, il ne comprend pas la décision de la ville.

Il loue chaque année 7 hectares et demi de terrains, un revenu complémentaire précieux: "Ca représente 5000 euros par année, c'est une belle somme."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK