La ville d'Utrecht s'inquiète de l'arrivée de musulmans belges radicaux

Parmi ceux-ci figure Abdelkrim Aznagui, qui se fait appeler Abou Chayma et a été condamné en Belgique à trois ans de prison avec sursis pour avoir torturé Latifa Hachmi, une jeune femme de 23 ans décédée à l'issue de séances de "désenvoûtement" (les principaux accusés avaient été condamnés à neuf ans de prison en 2012).

Abdelkader Chouaa, dont le nom a été cité lors du procès du réseau terroriste islamiste "Hofstad" aux Pays-Bas en 2005, est également attendu à Utrecht. Il a déjà prêché dans des mosquées considérées comme radicales à Amsterdam et La Haye, selon De Telegraaf.

Le congrès, qui doit se dérouler de jeudi à dimanche, est organisé par la fondation AlFitrah dans le quartier Overvecht d'Utrecht. Le bourgmestre n'a pas averti le conseil communal de l'arrivée des radicaux.

Les prêcheurs n'avaient pas à demander d'autorisation, a réagi une porte-parole de la ville. Rien ne leur interdit de se réunir, sauf si l'ordre public est menacé. La représentante a toutefois précisé que les autorités avaient l'intention de demander aux organisateurs le programme de l'événement. "Nous tiendrons le congrès à l’œil, avec la police et le ministère public." Si un intervenant prononce des paroles répréhensibles en public, il appartiendra à la justice de le poursuivre, a-t-elle ajouté.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK