La véritable maquette de la Licorne, celle d'Hergé, aux enchères à Bruxelles

Estimation : entre 15 et 20 000 Euros. C'est un objet exceptionnel pour l'histoire de la bande dessinée franco-belge qui sera vendu aux enchères le 19 juin prochain à la Galerie Moderne à Bruxelles. Une maquette du vaisseau La Licorne construite en 1942 pour Hergé lui-même. Ce modèle devait aider Hergé à dessiner l'album "Le secret de la Licorne". Tous les experts connaissaient l'existence de cette maquette, mais aucun ne l'avait jamais vue. Elle vient de réapparaître.

Un modèle de bateau mythique. Trois mâts, cinquante canons, 55 centimètres de la poupe à la proue, avec des voiles en lin et une couche de poussière qui montre son âge. Le vaisseau du Chevalier de Hadoque. La vraie maquette de la Licorne. Celle d'Hergé.

Un modèle construit pour Hergé lui-même

En 1942, pour ses scènes de bataille navale, le dessinateur de Tintin demande conseil à son ami Gérard Liger-Belair, un maquettiste professionnel. Liger-Belair lui dessine les plans de la Licorne et lui construit un modèle qu'il livre début 1943. L'objet était donc connu, mais il était manquant. En 1960, Hergé l'avait offert à son vétérinaire. Et ce sont les petits-fils de ce vétérinaire qui le vendent.

Cette maquette, ses actuels propriétaires l'ont fait expertiser par le biographe d'Hergé, Philippe Goddin. "J'étais évidemment très curieux de la voir. Et effectivement, je suis tombé sur un modèle réduit fignolé, un vrai travail de professionnel, avec non seulement les cordages, mais aussi toutes les voiles. On m'a permis d'emporter la maquette pendant quelques jours chez moi, donc j'ai eu tout le loisir de l'examiner de près et de la comparer aux dessins de l'album."

Entre la maquette et les dessins, Philippe Goddin trouve des différences, dans la décoration et aussi dans les bouteilles. Le château arrière s'éloigne lui aussi des dessins. Paradoxalement, ces différences renforcent la conviction de l'expert : c'est la bonne maquette, celle dont Hergé parle dans ses lettres et que son éditeur pressé d'imprimer l'album lui conseille de négliger. "Hergé attendait impatiemment cette maquette pour terminer quelques dessins du Secret de la Licorne. Il devait notamment terminer la couverture. Et donc cette maquette est arrivée tout juste." Comme Hergé n'a reçu son modèle qu'in extremis, il n'a pas pu l'utiliser autant qu'il l'aurait voulu.

Une pièce de musée

"Hergé a dit qu'il s'en était servi et moi je crois qu'en réalité, il s'est surtout servi des plans. Les plans, ceux de Gérard Liger-Belair, dessinés à l'origine pour Hergé et qui permettront dans les années quarante à des dizaines d'amateurs de construire des dizaines d'autres maquettes de la Licorne. Mais celle qui sera vendue dans quelques jours reste une pièce unique. "C'est un objet historique, ça c'est incontestable. C'est pour ça d'ailleurs que cette découverte m'a paru sensationnelle. Je pense que le public va réagir, en tout cas les vrais amateurs. Je dirais même plus, c'est une pièce de musée !"

Une pièce de musée qui pourrait se vendre entre 15 et 20 000 euros.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK