Moins d'hospitalisations, des foyers très rares : l'impact de la vaccination des résidents en maisons de repos

Lors de la conférence de presse du centre de crise à propos de l’épidémie de coronavirus de ce vendredi 16 avril, un point spécial a été développé sur l’impact de la vaccination dans les maisons de repos et de soin.

Près de 90% des résidents des MDR/S ont été vaccinés en Belgique, avec des proportions qui varient de 85% à Bruxelles à 91% en Flandre et communauté germanophone. Du côté du personnel, c’est beaucoup moins homogène : à peine 47% d’entre eux se sont fait vacciner à Bruxelles, 58% en Wallonie, 65% en communauté germanophone et 86.5% en Flandre. Cette disparité, "c’est une tendance que nous avons déjà connue pour d’autres maladies respiratoires, comme la grippe. Si on essaye de comprendre pourquoi le personnel refuse la vaccination, il n’y a majoritairement pas de raison médicale, il y a donc bel et bien un blocage quelque part." explique Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral.

Depuis le début de l’année, les grands foyers épidémiologiques en MDR/S sont devenus très rares, même lors de l’augmentation des contaminations de ces dernières semaines. L’effet de la vaccination se reflète ainsi dans les hospitalisations des résidents : ils ne représentent plus que 1% des admissions, alors qu’en décembre on était encore à 20% (après la deuxième vague), et autour des 6-7% lors de la deuxième vague. Dans le graphe ci-dessous, on voit en effet que la ligne verte, soit le nombre d’admissions en hôpital de résidents de MDR/S, ne remonte pas avec la courbe globale des admissions. Un phénomène qui se voit aussi dans la moyenne d’âge des patients, qui est descendue à 66 ans début avril, alors qu’il était encore de 77 ans fin 2020.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK