La vaccination contre le coronavirus étendue aux 16-17 ans, sur base volontaire et sans consentement des parents

Après avis de la task force vaccination, les ministres de la Santé ont décidé d'ouvrir la vaccination contre le coronavirus aux 16-17 ans. Actuellement, seul le vaccin de Pfizer/BioNTech est homologué pour la vaccination des 16 et 17 ans. La possibilité de permettre aux jeunes dûment informés d'opter pour les vaccins Johnson & Johnson ou Astra Zeneca est cependant étudiée, a-t-on appris par voie de communiqué à l'issue de la conférence interministérielle de la Santé.

"La vaccination de cette tranche d'âge sera réalisée dans la foulée de celle des jeunes de 18 ans", indiquent les ministres dans leur communiqué commun. A partir du mois de juillet, ces jeunes commenceront à recevoir une invitation concernant la première dose. Quant aux adolescents de 16 à 17 ans les plus à risque, ils se feront vacciner en priorité.

"La vaccination de ce groupe cible n'aura pas d'impact direct sur les chiffres des hôpitaux. Mais par leurs contacts - dont ils ont également besoin -, ils continuent de participer à la circulation du virus au sein de leur groupe mais aussi entre les autres tranches d'âge", réagit Wouter Beke. "Si un taux de vaccination suffisamment élevé peut être atteint, cela peut, espérons-le, également avoir un impact sur les contaminations et par conséquent sur les mesures appliquées dans leur environnement telles que les écoles, les mouvements de jeunesse, ...."

En vertu de la loi relative aux droits des patients, la vaccination des jeunes de 16 et 17 ans ne nécessite pas le consentement des parents ou du tuteur. Cependant, la vaccination contre le virus reste volontaire. 

En début d'année, les stagiaires de 16-17 ans en formation dans des maisons de repos ont déjà pu bénéficier du vaccin Pfizer.

La vaccination des enfants de moins de 16 ans n'est elle pas encore envisagée. "Des analyses scientifiques et éthiques complémentaires sont nécessaires à cette fin", ont encore précisé les ministres après la conférence interministérielle.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK