La tuberculose reconnue maladie professionnelle pour une série de métiers

On pouvait la croire éradiquée. Depuis plusieurs décennies, les cas de tuberculose étaient devenus très rares en Belgique. Seul le personnel soignant et le personnel de prévention étaient considérés comme potentiellement exposés à cette maladie. Mais depuis quelques années, la tuberculose est en pleine recrudescence notamment dans les prisons et dans les centre pour demandeurs d'asile, comme l'explique Patrick Strauss, conseiller général au Fonds des maladie professionnelles : "La tuberculose est en recrudescence notamment dans les lieux défavorisés et parmi les gens qui viennent de certains pays disons en difficultés économiques, etc, on a constaté une recrudescence et finalement une recrudescence dans la population belge".

Les gardiens de prison réclamaient depuis longtemps que la tuberculose soit reconnue comme maladie professionnelle. Même si on la soigne, elle reste une maladie grave : 1 million de personnes en sont mortes dans le monde rien qu'en 2010. "C'est une maladie qui se soigne par des antibiotiques spécifiques. Maintenant le souci de la communauté médicale, c'est que certains bacilles de la tuberculose, certaines souches deviennent multi-résistantes, donc sont résistantes aux antibiotiques connus et à ce moment-là, on peut dire que la tuberculose redevient alors une maladie incurable".

L'année dernière, 2500 demandes de personnes exposées au bacille de la tuberculose sont parvenues au fonds pour les maladies professionnelles. On est donc loin d'un phénomène marginal.

Grégoire Comhaire

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK