La Trappiste Westvleteren affichera dorénavant une étiquette

A l'abbaye, la nouvelle de l'obligation européenne d'afficher non seulement les ingrédients mais aussi leur origine n'a pas soulevé l'enthousiasme car c'est le signe d'une commercialisation de leur produit.

Depuis 1945, les bouteilles de Trappiste blonde (capsule verte) et brunes (la 8 avec sa capsule bleue et la fameuse verte, la 12) quittaient "nues" l'abbaye de Saint-Sixte. Toute l'information légale, date de péremption et liste d'ingrédients, était casée sur la capsule. Il en sera désormais autrement vu la nouvelle législation européenne entrant en vigueur l'an prochain.

Les amateurs de Westvleteren 12 doivent-ils redouter d'autres changements dans la bouteille ? La production en tout cas devrait rester limitée à 63 000 casiers par an, si l'on en croit les récentes déclarations de l'abbé Manu Van Hecke au Tijd.

Ce sera en tout cas un nouveau pas vers une normalisation de la Trappiste, après sa mise en vente en supermarché.

La bière qui normalement n'était en vente qu'auprès de l'abbaye et sur réservation téléphonique a été commercialisée exceptionnellement chez Colruyt en 2011 et l'année suivante dans des chaînes américaine et canadienne. Il s'agissait de coffrets "Pierre d'abbaye" constitué de 6 bouteilles et de deux verres vendus à 25 euros pour financer les travaux de rénovation de l'abbaye, une opération unique qui a permis de populariser une bière qui devait jusque là son statut de légende à sa rareté.

L'opération avait cependant eu pour conséquence d’accroître la demande et de la rendre encore plus rare.

A méditer avant de déboucher l'une des dernières bouteilles de Westvleteren dépourvues d'étiquette.

@jfherbecq

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK