La tente Quechua, symbole d'une époque entre loisirs et précarité

Capture d'écran d'un clip réalisé par Decathlon pour les 10 ans de la tente Quechua 2 seconds
2 images
Capture d'écran d'un clip réalisé par Decathlon pour les 10 ans de la tente Quechua 2 seconds - © YouTube - Quechua -Decathlon

C'est la tente des campeurs du dimanche, des festivaliers... et des SDF qui n'ont pas d'autre toit à s'offrir. En 2005, la marque française Decathlon lance, via sa filiale Quechua, la tente "2 seconds" (oui, sans "e" avant le "s"). Une innovation qui fera date dans l'histoire des loisirs de plein air.

La 2 seconds a ringardisé la tente canadienne en grosse toile, la tente igloo qu'on peine à monter un soir pluvieux, la bâche qui ne tient pas correctement... En moins de temps qu'il n'en faut pour dire "Quechua", l'invention de Decathlon offre un gîte au sec au campeur pressé.

La consigne donnée aux concepteurs de la 2 seconds était claire : "Une tente qui fait 'wouahou' quand on l'ouvre". Parmi les concepteurs (chez Decathlon on dit "prototypiste"), il y a Abderrahman Elaammari. Au fil des années, ce descendant de Touareg né en 1971 au Maroc, est devenu le meilleur ambassadeur du produit. "La tente ça n'a pas de porte, on est obligé de toquer. C'est la générosité", racontait-il en 2016 à la RTBF.

Un concept breveté

En 2009 déjà, il expliquait à Libération comment le projet a pris forme dans son esprit et dans celui de ses collègues, Jean-François Ratel, Vincent Chiffeau et Benjamin Mettavant.

"On s'est cassé la tête pendant des semaines. Sur le principe, la tente qui se déploie toute seule existait déjà. Seul problème : elle n'existait qu'en monotoit, sans chambre à l'intérieur et donc sans air... on étouffait", se souvient ce Savoyard d'adoption quatre ans après la commercialisation de la fameuse tente.

Il faudra toute l'inventivité des ingénieurs de Decathlon pour trouver le "truc de couturière tout con" permettant un déploiement rapide. Viendra ensuite une série de tests - impliquant des milliers de litres d'eau pour vérifier l'étanchéité des coutures - avant une mise sur le marché en 2005. Le succès est immédiat. Dix ans plus tard, l'entreprise annonce avoir vendu 8 millions d'exemplaires de sa 2 seconds. 

Et ses inventeurs ne s'arrêtent pas en si bon chemin. Leur tente a un gros point faible pour séduire : elle est difficile à replier. C'est même devenu un gag chez les campeurs : 2 secondes pour la déplier, une journée pour la ranger correctement. "Une notice ne suffit pas", reconnait Abderrahman Elaammari au micro de la RTBF. Au fil des années, le concept s'améliore. L'inventeur détaille, en joignant le geste à la parole, comment une sangle habilement placée permet aujourd'hui d'enserrer la toile correctement.

Archive 2016: l'émission "lieux interdits" en visite au centre de confection Quechua

Sur les réseaux sociaux, l'humour est la marque de fabrique de Quechua, filiale de Decathlon. En voici un exemple : une internaute jure qu'elle sait replier une tente. "On veut des photos sinon on n'y croit pas", répond l'entreprise.

Si j'avais le pouvoir d'achat, j'achèterais une tente Quechua

La tente Quechua n'est pas uniquement synonyme de grand air et de vacances. Dès sa commercialisation, l'objet devient un symbole mois glamour : celui d'une précarisation grandissante... parfois tournée en dérision "Si j'avais le pouvoir d'achat, j'achèterais une tente Quechua", chantait ainsi en 2009 le duo "La Chanson du dimanche".

Le début de cette association fortuite entre Décathlon et les associations humanitaires est raconté dans un épisode de l'émission "Affaires Sensibles" diffusé en 2016 sur France Inter. "Pendant l’hiver 2005, l’ONG Médecins du Monde avait profité d’une invention baptisée la tente deux secondes pour lancer une opération humanitaire (à Paris). A défaut d’un toit, MDM offrait une toile aux SDF pour qu’ils se protègent des intempéries et pour que les passants les voient."

En 2007, c'est au tour de l'association les enfants de Don Quichotte d'installer des dizaines de 2 seconds rouges le long du Canal Saint-Martin. Les photos de ce camping improvisé feront le tour du monde. Cité par le journal Le Monde, Jean-François Ratel, l'un des concepteurs de la tente se dit "surpris et sensible à ce qui se passe autour de (son invention)". Mais sans prendre parti pour autant. Si d'un point de vue technique la 2 seconds "auto-déployable et auto-portante (est) pratique pour une utilisation en ville", chez Quechua on se refuse alors à entrer dans le débat social.

Malgré tout, au pied du Mont-Blanc où Décathlon a implanté l'un de ses centres techniques, on capitalise sur le côté bon marché et pratique de la tente. Avec des innovations constantes. Parmi celles-ci : un modèle "fresh and black" qui garantit, en bon anglais, plus d'obscurité et davantage de fraîcheur. Le tout pour un prix d'achat qui avoisine celui d'une nuit dans un hôtel trois étoiles.

Des trois étoiles jusqu'au firmament du camping, il n'y a qu'un pas (de bottine) que Décathlon franchit allègrement.

>>> À lire aussi : Tentes, matelas, sacs de couchage... que font les campings de festivals avec le matériel abandonné?

Le clip de promotion de Decathlon pour les 10 ans de la "2 seconds"


Tout au long de l’été, la rédaction web de la RTBF vous raconte des histoires liées à des objets incontournables de l’été. D’où viennent-ils ? Que disent-ils de nous et de notre société ? Quels souvenirs font-ils remonter à la surface ? Le thermomètre, la tente qui se déploie en deux secondes, l’apéro, la crème solaire, les tubes de l’été qui vous ont fait danser ou encore ces émissions qui animent nos soirées télé estivales… Retrouvez tous les articles en cliquant ici.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK