La stigmatisation généralisée des personnes LGBTI en Pologne pointée du doigt dans un rapport

La Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, Dunja Mijatovic, a dénoncé dans un rapport publié jeudi la "stigmatisation généralisée" des personnes LGBTI en Pologne, pointant les responsabilités de personnalités politiques de premier plan et appelant à des réformes.

Le phénomène LGBTI (lesbiennes, gay, bisexuels, transgenres et intersexués) a "empiré" depuis 2017, souligne-t-elle, notamment à cause des déclarations et attitudes du président de la République, Andrzej Duda, ou du chef des conservateurs, Jaroslaw Kaczynski.


►►► À lire aussi : L'UE dévoile un plan contre les discriminations et la haine anti-LGBT


Selon le rapport, la Pologne, pays traditionnellement très catholique, figure en 42e position dans l'Index Rainbow Europe, élaboré par l'organisation non-gouvernementale ILGA-Europe et qui mesure le degré de respect dont bénéficient les personnes LGBTI dans 49 pays d'Europe. La Pologne est le pays de l'UE le moins bien classé.

Elle condamne l'interprétation "dangereuse et délibérée" du sigle LGBTI comme exprimant une idéologie plutôt qu'une identité.

Elle dénonce également les déclarations de leaders d'opinion au cours de la campagne des législatives 2019, quand Jaroslaw Kaczynski, leader du parti conservateur Droit et Justice au pouvoir, a accusé la communauté LGBTI de constituer une "menace" pour la famille traditionnelle, ou lorsque, à l'été 2020, le président Duda avait jugé "l'idéologie LGBT pire que le communisme".

Pologne : un pays difficile pour les LGBT (archives JT du 08/10/2019)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK