La Stib pourrait mettre en place " un package de mobilité, comme pour les télécoms "

La Stib pourrait mettre en place « un package de mobilité, comme pour les télécoms »
La Stib pourrait mettre en place « un package de mobilité, comme pour les télécoms » - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

À l’occasion des 150 ans du tram ce 1er mai, le patron de la Stib Brieuc De Meeûs a évoqué le passé mais aussi le futur de ce moyen de transport encore privilégié par les Bruxellois. Des hippomobiles du XIXe siècle aux trams électriques, le tram est depuis un siècle et demi emblématique de la capitale, même si ses rails l’empêchent d’être aussi flexible que le bus. « Il est moins flexible, mais plus capacitaire, puisqu’on peut mettre jusqu’à 200 personnes dans tout un tram, note Brieuc De Meeûs. Et il permet d’aller dans beaucoup d’endroits. » Pour le CEO, il n’y a pas lieu d’opposer tram, bus et métro, dans un système où « chaque mode a sa place ».

Le patron du service de transports va même plus loin, en rappelant que la mobilité devient « partagée et multimodale », c’est-à-dire que les Bruxellois utilisent régulièrement plusieurs modes de transport. Pour cela, la Stib doit développer des plateformes digitales, afin de permettre aux habitants de mieux passer de l’un à l’autre, estime Brieuc De Meeûs. « Quelqu’un pourra acheter un abonnement de mobilité qui sera aussi bien du vélo que du transport public que de la voiture partagée », propose-t-il. Une sorte de « package de mobilité, comme ça se passe aujourd’hui en télécoms », avec plusieurs services (télévision, téléphone, Internet) en un seul abonnement.

Que chacun puisse avoir un arrêt à 200m

Autre chantier pour la Stib : le tout à l’électrique. Si les trams le sont déjà, certains bus sont encore au moteur thermique et au diesel. Mais à partir de 2025, rappelle Brieuc De Meeûs, la Stib ne pourra plus acheter de bus à moteur thermique. Pour ce qui est des technologies électriques, la Stib pourrait utiliser un mélange de deux technologies : celle, déjà en place, de recharge par câble au dépôt, et l’autre qui passe par un bras mécanique qui se recharge au terminus.

Brieuc De Meeûs entend également améliorer la fréquence et le réseau Stib pour permettre « que chacun puisse avoir un arrêt environ à 200, 250m » de chez lui. Pour cela, un contrat de gestion a été adopté le 4 avril, avec un investissement de 6 milliards d’euros qui va permettre une augmentation de l’offre de transports publics.

Enfin, le CEO de la Stib a de nouveau écarté l’idée de rendre le service gratuit : « ce qui est gratuit n’a pas de valeur », a répliqué Brieuc De Meeûs, affirmant que « ceux qui en ont besoin ont des systèmes déjà existants qui leur permettent ». Selon lui, le passage à la gratuité coûterait 250 euros par personne.

Pour les festivités des 150 ans du tram, les Bruxellois pourront assister à la Cavalcade des Trams, d’anciens et de nouveaux modèles qui défileront rue Royale à partir de 14h.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK