La STIB chasse les mendiants de ses stations

La société des transports publics bruxellois, la STIB, a décidé de mettre un terme à la mendicité dans ses installations. Après des messages radiodiffusés, place à un "raccompagnement" vers la rue. A la veille de l'hiver, l'initiative interpelle.

"La mendicité est interdite dans le métro, ne l'encouragez pas"... Ce message diffusé dans les stations de la STIB, il y a trois semaines avait déjà fait polémique. La STIB demandait à ses usagers de ne pas donner d'argent aux mendiants.
Aujourd'hui la société de transports va encore plus loin. La semaine prochaine, elle mènera ce qu'elle appelle une "deuxième phase": faire sortir les mendiants de certaines stations, direction la rue.

Cette opération durera quatre jours. La STIB n'a pas souhaité s'exprimer sur cette initiative.

Mise à la porte systématique

La station de métro "Porte de Hal" sera du 16 au 20 novembre une station sans mendiant: ils seront systématiquement raccompagnés à la sortie. Idem dans les stations Bourse et Midi. La STIB s'appuie sur une décision politique d'il y a deux ans: le gouvernement bruxellois avait classé "mendier" dans la liste des incivilités punissables dans le métro, au même titre que manger ou fumer.
Jusqu'à présent la tolérance était de mise. Mais aujourd'hui la STIB va pour la première fois sanctionner systématiquement les mendiants. Pas d'amende mais "dehors!".

Le monde associatif heurté
Les associations de terrain sont choquées. Le forum bruxellois de lutte contre la pauvreté en regroupe une trentaine. Rocco Vitali, son directeur, réagit: "La réaction du monde associatif, c'est de dire, 'attention!' La pauvreté ce n'est pas un choix des gens, et ce n'est pas en luttant contra la visibilité de la pauvreté, mais bien contre ses causes, que cela pourra être résolu".

Le forum insiste: la STIB veut améliorer l'esthétique de ses stations, mais pas le sort des gens. Et il se demande pourquoi la STIB ne s'appuie pas sur les associations pour gérer la mendicité, ou au moins pour aiguiller les gens chassés des stations.
Au delà du débat de fond, le calendrier aussi pose question, la STIB ferme sa porte aux mendiants quelques jours ou semaines avant le froid.

T.N. avec M. Baele

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK