La STIB a 60 ans mais continue à regarder vers l'avenir

Bruxelles et les Bruxellois sont intimement liés à la STIB
Bruxelles et les Bruxellois sont intimement liés à la STIB - © RTBF

La STIB fête cette année ses 60 ans et à cette occasion, le Manneken-Pis a reçu aujourd'hui un nouvel uniforme de conducteur. La STIB, c'est les trams, les bus, le métro à Bruxelles. 7000 personnes y travaillent et elle transporte près d'un million de passagers chaque jour sur un réseau qui ne cesse de se développer. Petit retour sur l'histoire et perspectives pour demain de cette institution bruxelloise.

Six décennies de trams, de bus et de métro. La société des transports intercommunaux bruxellois est née en 1954, sur les cendres de la société des tramways bruxellois qui était elle-même l'héritière d'une myriade de petites sociétés privées qui circulaient dans Bruxelles au début du vingtième siècle. Son histoire est intimement liée à celle de Bruxelles et des Bruxellois et a été marquée par quelques grands moments.

Roland De Coster, retrace une partie de l’histoire "Il y a eu beaucoup d’évènements tout au long de ces 60 ans mais si on veut le faire chronologiquement, il faut remonter à l’exposition universelle de 1958 qui a été absolument extraordinaire. Il faut s’imaginer qu’il n’y avait pas de métros et pourtant il y avait des millions de visiteurs au plateau du Heysel."

L’administrateur délégué du Musée du tram poursuit en évoquant la création du pré-métro "inauguré en 1969 par le roi Baudouin et puis le métro en 1976". Cette arrivée du métro a véritablement transformé la façon de voyager des bruxellois. Le réseau n'a cessé de s'étendre.

Le réseau de métro sera étendu à l’horizon 2019

Et ce n'est pas fini car dans quelques années, une nouvelle ligne desservira le nord de la capitale. Une extension qui avait été envisagée dès le départ. Pour preuve, sous la gare du midi se trouve une station fantôme, déserte depuis des années. Elle prendra vie d'ici 2019 dans le cadre de l'extension vers le nord. "C’est surtout ici une belle preuve de l’esprit visionnaire de ceux qui ont imaginé le réseau métro dans les années ’60 et qui ont dessiné une vision de ce que devrait être la mobilité à Bruxelles alors que la congestion n’est absolument pas celle d’aujourd’hui", commente Renaud de Saint Moulin, le Vice-président Business Unit Metro.

Des trams pour remplacer les lignes de bus saturées

Le tram aussi est appelé à se développer puisque contrairement à la plupart des villes dans le monde, Bruxelles n'a jamais abandonné ses tramways. Aujourd'hui encore, le réseau ne cesse de s'agrandir, remplaçant de plus en plus les lignes de bus saturées. Géraldine Van der Stichele est la directrice du développement du réseau STIB. Pour elle le réseau s’agrandit "petit à petit, projets après projets" avec des investissements plus coûteux pour le tram que pour les bus "mais aussi qui prennent du temps, notamment pour les permis, car c’est une infrastructure lourde".

Du côté des bus, le développement aussi se poursuit, essentiellement vers de nouveaux quartiers. Alors que les rames de métro se préparent à une automatisation de certaines lignes, cette technologie permettra d'augmenter les fréquences. Des investissements importants qui seront assurés par la région assure Brieuc de Meeüs, le directeur général : "Nous allons pour ça recevoir des montants impressionnants puisque dans les cinq prochaines années on va recevoir 2,5 milliards d’euros pour faire face à ces investissements."

Grâce à ses quatre lignes de métro, ses 50 lignes de bus et ses 18 lignes de trams, la STIB a transporté l'an dernier, 354 millions de passagers. C'est 70 % de plus qu'il y a dix ans et les chiffres ne devraient pas faiblir dans les années à venir.

Dominique Dussein avec Grégoire Ryckmans

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK