La sonde européenne Rosetta arrive ce mardi à destination

Lancé par une fusée Ariane, le chasseur de comète de l'Agence spatiale européenne (ESA) Rosetta a quitté la terre le 2 mars 2004. Il a parcouru depuis plus de 6,4 milliards de kilomètres. Inédite, l'expérience vise à obtenir des informations sur le comportement et la composition d'une comète afin de mieux comprendre l'évolution du système solaire depuis sa naissance.

Grosse de quelques kilomètres de diamètre, une comète est en corps céleste en orbite autour du soleil. Souvent décrit comme une "boule de neige sale", il se compose de glaces et de poussières qui se réchauffent à proximité du soleil et créent ainsi une atmosphère.

L'IASB s'intéresse surtout à cette atmosphère cométaire, explique l'institut scientifique fédéral. Sous la coordination de l'Université de Berne (Suisse) et avec d'autres partenaires internationaux, les scientifiques basés à Uccle ont conçu le Rosina (Rosetta Orbiter Spectrometer for Ion and Neutral Analysis), un instrument capable de mesurer la composition de l'atmosphère d'une comète. Les processus à l'œuvre dans cette couche gazeuse sont intéressants car ils jouent également dans la haute atmosphère terrestre.

Depuis la fin du mois de juin 2014, la caméra à bord de Rosetta transmet déjà des images de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko. D'après l'IASB, elles sont étonnantes: la comète semble avoir une forme très particulière et on a déjà pu observer de l'atmosphère cométaire raréfiée, rapporte l'institut.

En novembre 2014, un petit atterrisseur dénommé Philae devrait se poser sur la comète et étudier la surface cométaire pour la première fois. La fin de la mission est prévue en décembre 2015.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK