La société des frères Abdeslam doit plus de 10 000 euros à ses créanciers

Les café "Les Béguines", rue des Béguines à Molenbeek, où était basée Stijn Coin.
2 images
Les café "Les Béguines", rue des Béguines à Molenbeek, où était basée Stijn Coin. - © EMMANUEL DUNAND - AFP

Une partie des comptes ont été finalisés: la société Stijn Coin doit plus de 10 000 euros à ses créanciers. Stijn Coin, c'est la SCRI qu'avaient montée les frères Brahim et Salah Abdeslam, membres du commando des attentats du 13 novembre dernier à Paris. La société représentait un café, "Les Béguines", rue des Béguines 49 à Molenbeek-Saint-Jean. Les frères-gestionnaires avaient démissionné de leur propre SCRI le 30 septembre 2015, soit moins d'un mois et demi avant les attaques aux terrasses et au Bataclan. Le tout avant de céder leurs parts à un certain Rida Batis et d'installer l'adresse de Stijn Coin à Quiévrain, rue de Mons.

Factures de téléphone, d'électricité, TVA...

Vu les circonstances, la faillite de Stijn Coin a été déclarée le 11 avril 2016 et un curateur désigné. Selon les informations de la RTBF, Maître Vincent Dieu, le curateur, a pu recueillir les notes de plusieurs créanciers. Factures de téléphone, d'électricité, TVA, cotisations sociales d'indépendants en grande partie... Au total, la dette des frères Abdeslam auprès d'institutions officielles s'élève donc à plus de 10 000 euros. A cela doivent s'ajouter les créances qui n'ont pas encore été déclarées. On ignore ainsi si des arriérés de loyers existent pour le café des "Béguines". Le propriétaire des lieux ne s'est toujours pas fait connaître auprès des autorités communales et du curateur. La loi sur les sociétés donne toutefois à des créanciers une année pour se déclarer à partir de la publication de l'annonce de faillite au Moniteur.

Qui va payer?

Reste maintenant à savoir qui va payer ses 10 000 euros. Brahim Abdeslam, le kamikaze, a fait exploser sa ceinture d'explosifs au Comptoir Voltaire. Salah Abdeslam a été arrêté à Molenbeek le 18 mars dernier, quatre jours avant les attentats de Bruxelles. Aujourd'hui incarcéré en France, à la prison de Fleury-Mérogis, il se montrera très rapidement insolvable en raison de la lourde peine qu'il risque pour sa participation aux attentats de Paris. La famille Abdeslam va plus que probablement se désolidariser, même Adderhamane Abdeslam, le père, jadis associé. 

Le mystère Rida Batis

Reste Rida Batis, celui à qui, selon les statuts publiés au Moniteur, les frères Abdeslam ont cédé toutes les parts de leur société (Brahim Abdeslam en détenait 96 sur 100). A la RTBF, en novembre dernier, l'entourage de ce tiers a parlé d'usurpation d'identité et évoqué le dépôt d'une plainte. Toujours selon nos informations, Rida Batis a déjà connu une faillite en 2015, celle de la société Punjab dont il était gérant. Une affaire basée au 249 de la rue de Mons à Quiévrain, comme Stijn Coin. Coïncidence? Toujours est-il que Rida Batis, la personne physique, a été radiée d'office des registres de la population le 11 avril dernier. Impossible ou presque de retrouver sa trace et de lui présenter les factures de Stijn Coin.

Compte-tenu du contexte, il y a fort à parier que toutes les créances soient irrécupérables.

Le café "Les Béguines" toujours fermé

Au 49 de la rue des Béguines, le café demeure pour sa part toujours inexploité. "Les Béguines" avait été fermé par arrêté de la bourgmestre Françoise Schepmans (MR) début novembre 2015 suite à un contrôle de police menée en août. Le débit de boisson était un haut-lieu de la consommation et du trafic de stupéfiants dans le quartier. Mais aucun élément liant les gérants au radicalisme n'avait été relevé à cette période. 

L'arrêté a expiré le 4 avril dernier. En théorie, plus rien n'empêche le retour à cette adresse d'une activité économique. C'est ce que souhaite la commune de Molenbeek. "Un logement? C'est impossible vu l'espace. Donc oui pour un commerce, c'est mieux qu'un espace vide", réagit le cabinet de la bourgmestre. Au jour d'aujourd'hui, le propriétaire n'a toujours pas mis son bien à louer et un panneau en bois barre inexorablement la porte d'entrée.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK