Ans, Binche, Gouvy, Peruwelz, ... : la SNCB va progressivement fermer près d'un guichet sur trois en 2021

La SNCB va progressivement fermer 44 guichets sur 135, qui représentaient moins de 6% des transactions en 2019, d'ici la fin de l'année dans ses gares, annonce lundi l'entreprise ferroviaire. Concrètement, ce sont les bâtiments qui fermeront leurs portes, ne laissant plus que les quais aux navetteurs avec des dispositifs de vente de tickets automatiques. Pour 37 autres guichets, les horaires d'ouverture seront alignés sur les moments les plus denses de la journée à partir du 1er mars.


►►► À lire aussiRéhabilitation des gares: une seconde vie pour les anciens guichets


Après cette adaptation, l'entreprise ferroviaire disposera de 16% de gares avec guichets, alors que ce pourcentage s'élève à 13% en France, à 4% aux Pays Bas et à 6% en Allemagne.

"Une période de transition est prévue du 1er mars à fin 2021, pendant laquelle ces 44 guichets resteront ouverts 2 ou 3 jours par semaine. Des stewards seront présents sur place dès le mois de mars 2021 pour informer les voyageurs de toutes les fonctionnalités des automates de vente", précise la société de transport en commun dans un communiqué.

Les communes concernées seront contactée par la SNCB afin de rentabiliser les bâtiments qui ne seront plus utilisés afin de garantir la pérennisation des infrastructures. "Cette décision n’implique donc aucune fermeture de gares et n’impactera en rien l’offre de trains dans les gares concernées", ajoute la société de chemin de fer belge.

Le personnel ferroviaire et les navetteurs mécontents

Peu après l'annonce de ces fermetures, syndicats et association de navetteurs ont désapprouvé l'intention de le projet de la société de transports en commun. Pour la CSC-Transcom et l'association Navetteurs.be, la stratégie de la SNCB se base toutefois sur des chiffres de fréquentation "totalement biaisés".

Au cours des dernières années, l'entreprise n'a cessé de fermer un nombre important de guichets ou d'en réduire drastiquement les heures d'ouverture, obligeant les voyageurs qui en ont la possibilité et/ou la capacité de se tourner vers les automates et autres supports digitaux, fustigent ces deux organisations dans une communication commune.

Dans les gares où les guichets sont encore ouverts, le nombre d'agents est de plus volontairement limité et le personnel présent y reçoit pour consigne de diriger les voyageurs vers les automates ou leur smartphone, ce qui réduit inévitablement le nombre d'opérations aux guichets, ajoutent-elles.


►►► À lire aussi Une offre de train augmentée de 4,7% à l'horizon 2023, prévoit la SNCB


"En se réfugiant derrière ces chiffres totalement faussés, la SNCB n'assume pas des choix stratégiques décidés depuis plusieurs années en vue d'atteindre les objectifs qu'elle s'est fixée sans toutefois les assumer. Nous souhaitons rappeler que la SNCB s'est récemment vu confier les missions de service public jusqu'en 2033 et qu'il est dès lors de la responsabilité du fédéral d'intervenir en vue d'éviter ces nouvelles fermetures qui diminuent le service public offert aux voyageurs", commente Gianni Tabbone, porte-parole de Navetteurs.be.

C'est une nouvelle fois une gifle pour le personnel de guichet

"Si la stratégie de la SNCB est d'arriver à du self-service, nous l'invitons à assumer ses choix stratégiques sans tenter de les justifier par un choix des voyageurs", lance-t-il encore.

"C'est une nouvelle fois une gifle pour le personnel de guichet qui s'est beaucoup investi cette dernière année en pleine crise sanitaire pour servir au mieux les voyageurs", déplore, de son côté, Marianne Lerouge, de la CSC-Transcom.

La CGSP Cheminots se dit, elle, "effarée" par cette annonce unilatérale communiquée lors d'un Comité stratégique de la SNCB lundi matin. Pour le syndicat socialiste, il s'agit d'un nouveau pas vers la déshumanisation et la désertification des gares.

"Comme ministre de tutelle, j'ai demandé à la SNCB de garantir l'ouverture des gares ainsi que le maintien voire l'élargissement des horaires des salles d'attente pour les voyageurs, a expliqué de son côté e ministre fédéral de la Mobilité, Georges Gilkinet (Ecolo) dans un communiqué. J'ai également demandé à la SNCB de lutter contre la fracture numérique, notamment par la présence de stewards à certaines périodes importantes de l'année, comme les hautes saisons touristiques ou pour les abonnements scolaires",

Voici la liste des 44 gares qui fermeront leurs portes :

Ans, Bertrix, Beveren-Waas, Binche, Chatelet, De Pinte, Diksmuide, Gouvy, Harelbeke, Heide, Heist, Jambes, Jette, Jurbise, Kontich-Lint, La Hulpe, Lede, Lessines, Leuze, Liedekerke, Luttre, Marbehan, Mariembourg, Maline-Nekkerspoel, Marchienne-au-Pont, Menen, Ninove, Opwijk, Peruwelz, Poperinge, Rhode-Saint-Genese, Rixensart, Rocherfort-Jemelle, Ronse, Saint-Ghislain, Silly, Ternat, Tielt, Torhout, Veurne,Wavre, Waterloo, Virton et Zaventem.

Trains: automates ou guichets dans les gares ? (JT 29/07/2019)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK