La reine Fabiola n'est plus: c'est l'agence Belga qui l'a dit, à tort

RTBF
RTBF - © RTBF

Surprise, ce matin, dans les rédactions d'informations belges: une information "Belga/ihavenews.be" annonçait la mort de la reine Fabiola après la séparation du couple Claire/Laurent. Faux, bien sûr. Les journalistes et les syndicats de Belga réagissent. Explications.

Fallait bien que cela arrive. Un média belge se lance dans le UGC, le "User-generated Content". Sur ihavenews.be, un internaute peut très facilement envoyer une information (qui peut être le cas échéant accompagnée d'une photo). On note son nom, son numéro de téléphone et on envoie l'info. Réponse du site : "Les rédactions vous contacteront s'ils (sic) désirent plus d'informations." Une campagne marketing, avec une pub radio difficilement compréhensible a été lancée ce week-end. Le site, plutôt joli, est très simple d'utilisation et même avenant.

Ni une, ni deux, un certain Jos Joskens a tenu à informer les rédactions du pays d'une information très importante : "La reine Fabiola vient de décéder. Elle est morte après avoir appris la séparation de Laurent et Claire". Plus d'infos ?  Le numéro référencé est peu parlant (0497/00.00.00), le mail indiqué itou (jos@spam.la). Forcément, personne n'y a cru. Mais la présence de cette "information" sur le fil officiel Belga pose question.

En effet, si cette info ne s'est pas retrouvée sur les sites web que vous consultez, elle s'est néanmoins retrouvée au milieu de "wire" Belga, ce fil info que toutes les rédactions du pays reçoivent dans leur logiciel respectif (cf. la capture d'écran qui sert d'illustration à l'article). Ce fil est alimenté minute par minute.

"Dardinaal Kanneels" et un magasin pour chiens

Outre cette nouvelle tout à fait farfelue, I have news.be nous a appris qu'il y a un magasin de vente d'accessoires pour chiens du côté de Saint-Trond, tenu par une certaine Eline. Un "Dardinaal Kanneels" a également sévi. Malheureusement, nos essais pour faire passer l'une ou l'autre "information" n'ont pas été couronnés de succès. Depuis 11h49 et une information qui semble, elle, comble de l'ironie, "vraie" (un ingénieur belge a reçu un prix aux Etats-Unis), plus de trace d'une info "Belga/ihavesnews.be".

Plus tard dans la journée, l'agence de presse a présenté ses excuses. "Regrettant l'incident qui s'est produit avec la diffusion malencontreuse de l'information sur le décès de la reine Fabiola", Belga insiste sur le fait que sa rédaction n'est en aucun cas responsable des informations recueillies via le site ihavenews.be. "Ces informations doivent être considérées comme des infos extérieures qui n'engagent nullement la responsabilité de la rédaction de Belga. Néanmoins, à partir de maintenant, toutes ces dépêches, destinées à nos clients médias, seront préalablement filtrées par Belga" conclut l'agence de presse.

S'il suit ce chemin, l'UGC belge n'est pas pour demain.

Réaction des journalistes de Belga

En fin d'après-midi ce lundi, la rédaction de Belga a tenu à réagir. Voici la dépêche:

Le Conseil de rédaction, les délégués de l'association professionnelle des journalistes et les représentants syndicaux de l'agence Belga réagissent avec consternation à la diffusion sur le réseau destiné à ses clients d'informations non contrôlées par les journalistes de l'agence.

Ils sont d'avis que cette diffusion a porté atteinte à l'intégrité et à la crédibilité de la recension de l'information par Belga et à sa rédaction en général. La rédaction se demande également comment une telle diffusion a été rendue possible techniquement.

Elle exige qu'une enquête interne approfondie soit menée pour identifier les responsabilités. Les journalistes de l'agence soulignent avec insistance le fait qu'ils n'ont jamais été associés à cette initiative commerciale de la hiérarchie de l'entreprise. Jamais le Conseil d'entreprise ni le Conseil de rédaction n'ont été informés de l'existence de ce projet qui rompt l'équilibre entre la "rapidité" et la "fiabilité" d'une information Belga.

Les journalistes font par ailleurs remarquer qu'il n'apparaît pas à ce stade, avec une grande clarté, qui exerce la responsabilité finale, aux niveaux journalistique et déontologique, de la rédaction, ce qui n'a pas manqué de créer un climat propice au déclenchement des "incidents" dont il est fait état. Ils constatent que ces incidents interviennent à un moment où d'importants efforts leur sont demandés dans le cadre des réformes mises en oeuvre au sein de l'agence.

La rédaction rappelle qu'elle s'est toujours opposée avec la plus grande énergie à la publication de communications non rédactionnelles sur le réseau Belga au motif que cela pouvait générer de la confusion.

L'annonce par la direction de filtrer dorénavant préalablement toute information destinée aux médias clients constitue, aux yeux des journalistes, une réponse insuffisante après l'atteinte portée à la réputation de l'agence Belga. Ils demandent que cesse le type de diffusion à la source des incidents.

HM

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK