La reconnaissance par geste ou comment manipuler son ordinateur ou son écran sans le toucher

Un chercheur de l’UCLouvain vient de mettre au point une technique qui permet une reconnaissance des gestes aériens. En un simple geste de la main, nous pouvons contrôler notre écran ou lire un livre numérique. 

L’application peut sembler futile au premier abord mais il n’en n’est rien. Dans le domaine médical, ne pas toucher le matériel ou même dans les centres commerciaux ne pas devoir toucher un écran pour trouver un magasin est plus qu’utile surtout en période de Covid.

Imaginez que vous commandez votre ordinateur, votre souris, que vous cherchez une bonne adresse pour vous restaurer, que vous voulez consulter vos galeries de photos voire que vous aimez un post sur Facebook, le tout, sans rien toucher, juste en faisant des gestes.

Eh bien, vous ne rêvez pas. Arthur Sluÿters, Ingénieur Aspirant FNRS Au pôle ingénierie informatique de l’UCLouvain nous explique : "Par exemple, j’adore cette vidéo de tortue et en avançant le doigt vers l’écran, je peux la lancer. Si je bouge le doigt vers la gauche ou vers la droite, je peux la faire avancer ou reculer, et toujours d’un simple geste, je peux même augmenter le volume. Comment ça marche, c’est simple. Je vais faire des gestes au-dessus d’un capteur, il va transmettre ces informations à mon ordinateur qui, en les recevant va décrypter le geste que j’ai fait et montrer le résultat sur l’écran."

La technologie pourrait révolutionner notre quotidien

Son professeur estime que c’est une technologie innovante qui pourrait bien révolutionner notre quotidien.

Jean Vanderdonckt, Professeur en Sciences Informatiques et en Interface Homme-Machine à l’UCLouvain détaille : "Tous ces dispositifs, ces senseurs, ces capteurs, ces caméras existent, mais ils ne reconnaissent pas les gestes. Ce qu’ils font, c’est filmer le corps humain et c’est à nous à interpréter le signal (les données) envoyé par le senseur pour reconnaître les gestes et envoyer des commandes à un ordinateur. C’est ce que le nouveau dispositif fait."

A première vue, cela peut sembler un gadget mais ce n’est pas le cas. A la clinique d’ophtalmologie des Cliniques universitaires Saint-Luc, la reconnaissance virtuelle par geste pourrait apporter de réels bénéfices.

Manipuler l’image radiographique à distance pour plus de rapidité et de précision

Exemple, lors de certaines opérations au laser, où il faut à la fois, maintenir une loupe sur l’œil et aller vérifier sur un écran plus loin, la cartographie des artères pour positionner précisément le laser au bon endroit.

Comme l’explique Demet Yuksel, cheffe de clinique d’Ophtalmologie aux Cliniques universitaires Saint-Luc : "Si on pouvait continuer notre geste sans devoir nous déplacer avec la contrainte de nos mains qui doivent rester figées pour tenir la lentille. Avec l’autre main à une distance intermédiaire, ce serait très agréable de pouvoir manipuler l’image radiographique pour un geste encore plus précis."

L’ophtalmologue nous emmène au bloc opératoire, là où, nous explique-t-elle, devoir toucher l’écran avec l’imagerie du patient et suspendu à un bras est parfois compliqué : "Actuellement, on essaye de se mobiliser comme on peut pour essayer d’avoir notre dossier médical à l’écran, protéger l’écran de manière stérile et devoir manipuler les éléments du dossier avec un écran tactile dont la précision n’est pas toujours parfaite."

Là encore, pas besoin de dessin, commander l’imagerie d’un geste de la main lui permettrait d’être plus rapide et plus précise.

Un célèbre designer musical américain crée déjà des morceaux en frôlant ou en déplaçant des cubes intelligents

Mark Mosher, célèbre DJ américain suivi par des millions de fans, crée déjà ses morceaux en touchant, en frôlant voire en déplaçant des cubes intelligents de toutes les couleurs. Le résultat est bluffant.

La technologie des "audiocubes", inventée par un autre belge, Bert Schiettecatte en 2004, s'est répandue dans le milieu musical international.

Par vidéo interposée, Mark Mosher, DJ Music Designer à Denver USA nous en fait une petite démonstration : "Cela veut dire que je peux contrôler la musique via ce cube en faisant des gestes et des mouvements. Et puis, les cubes peuvent se parler entre eux, donc avec ces deux cubes que je peux orienter comme je veux, quelque chose va se créer."

Plus besoin de s’occuper du clavier de l’ordinateur, l’artiste peut tout réarranger à sa guise, juste en bougeant comme nous l’explique le DJ : "Nous sommes plus expressifs, plus créatifs, ces cubes nous donnent la capacité de contrôler beaucoup de paramètres en même temps."

Dans le film Minority Report, la science-fiction avait déjà mis en scène la reconnaissance virtuelle par geste. Vingt ans plus tard, la réalité rejoint donc la fiction.

Reportage de notre 19h30:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK