La qualité de notre enseignement supérieur progresse, selon Shanghaï

La qualité de notre enseignement supérieur progresse, selon Shanghaï
La qualité de notre enseignement supérieur progresse, selon Shanghaï - © SISKA GREMMELPREZ - BELGA

La qualité de notre enseignement supérieur progresse, si l'on en croit le classement de Shanghai. Chaque année, des chercheurs de l'université chinoise désignent les meilleurs établissements au monde. La Belgique fait mieux que l'an dernier, avec deux universités dans le top 100.

Il s'agit de l'université de Gand, 70ème, et de la KULeuven, 96ème. Suivent, dans l'ordre, l'UCL et l'ULB, dans le top 150... L'ULg, l'université d'Anvers et la VUB sont, elles, bien plus loin dans le classement.

A l'inverse, les premières marches du podium restent squattées par de prestigieuses universités américaines: Harvard, Stanford, MIT et Berkeley. Suivies de la britannique Cambridge.

Mais que vaut ce classement, est-ce qu'il faut vraiment le prendre au sérieux? Oui et non, il est assez critiqué. Ce qui fâche les professionnels, ce sont les critères retenus pour départager les 17 000 établissements dans le monde.

Le classement de Shanghai tient compte du nombre de Nobel parmi les anciens élèves, du nombre de publications ou de chercheurs que comptent une université par exemple... En revanche, la qualité de l'enseignement ou le taux d'insertion professionnelle des élèves fraîchement diplômés n'entrent pas en ligne de compte.

L'Union Européenne a donc décidé de réagir en créant son propre classement, U-Multirank, pour concurrencer celui de Shanghai.

Sarah Devaux

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK