La puberté précoce des filles, un phénomène de plus en plus fréquent

Fillette dans un champ de coquelicots et de bleuets
Fillette dans un champ de coquelicots et de bleuets - © PATRICK PLEUL (archives EPA)

Selon les estimations, la puberté précoce concerne 3 à 5% des petites filles. Elles sont dix fois plus nombreuses à être touchées que les garçons. Les médecins estiment qu'on peut parler de puberté précoce quand les règles apparaissent avant 10 ans et les seins avant 8 ans.

Catherine est en secondaire. C'est maintenant une ado comme les autres mais, petite fille, elle a vu son corps changer très tôt : elle avait à peine 7 ans et demi quand sa poitrine est apparue et elle a eu ses premières règles à 9 ans.

"Pour moi, c'était normal, pour les autres peut-être pas mais je ne me suis jamais posé la question si c'est normal ou pas."

La mère de Catherine non plus ne s'est pas posé de questions : "Ce n'est pas évident pour un enfant si jeune. Pour moi, ça ne doit pas arriver à ce moment-là. Dans leur tête (ils ne sont) pas assez grands pour comprendre mais bon c'est vrai qu'on ne s'est pas posé de questions. C'était la nature, c'était comme ça."

Catherine et sa mère sont allées au CHU de Liège, consulter le professeur Jean-Pierre Bourguignon, pédiatre endocrinologue. Il leur a parlé du traitement hormonal qui existe pour la puberté précoce: "On dispose d'un médicament qui va verrouiller la serrure qui enclenche la petite glande, l'hypophyse, qui permet à la puberté de se développer. C'est important de dire que ce traitement va mettre la puberté en veilleuse mais il ne va pas la faire régresser."

Catherine n'a pas voulu du traitement hormonal

Une psychologue a estimé qu'elle vivait bien sa puberté. Chaque enfant vit cet épisode différemment. A l'hôpital Reine Fabiola, le Professeur Véronique Delvenne, pédopsychiatre, nous explique que cela peut-être difficile: "On décrit quand même aussi chez les ados cette dépressivité qui est liée au fait qu'il faut abandonner le monde de l'enfance et là ils doivent le faire trop tôt et donc ça peut entraîner à la fois des moments de repli, de retrait, et des moments de tristesse."

Y a-t-il moyen d'éviter une puberté précoce ?

On sait que les enfants migrants, adoptés, ont plus de chance d'être exposés mais l'âge de la puberté dépend surtout de facteurs génétiques.

Les médecins ont encore du mal à expliquer le phénomène mais ils dénoncent aussi clairement l'impact des perturbateurs endocriniens, ces substances chimiques que l'on trouve partout aujourd'hui. Professeur Jean-Pierre Bourguignon: "Depuis les désodorisants d'intérieurs, les insecticides, les pesticides, des agents qui sont liés au plastique et qui sont rentrés dans notre usage quotidien. Les cosmétiques sont également une source de ces substances."

Ces substances agissent quand l'enfant est encore dans le ventre de sa mère. Le moment de la puberté serait en quelque sorte programmé à ce moment-là.

La puberté précoce fait aussi partie des facteurs de risque du cancer du sein.

Daphné Van Ossel

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK