La prison de Nivelles est confinée : plusieurs détenus positifs au coronavirus, détectés au départ d'un même cas

Huit détenus de la prison de Nivelles ont été testés positifs au coronavirus, a indiqué jeudi après-midi l’administration pénitentiaire. Les huit détenus sont actuellement à l’isolement au sein de la prison. Des tests sont en cours de réalisation pour les détenus proches de ceux qui ont été testés positifs.

Le personnel qui a été mis en contact avec les détenus pourra également subir un test.

Un équipement de protection supplémentaire est aussi fourni à la prison pour le personnel, précise l’administration dans un communiqué. Les visites aux détenus, les préaux, les transferts, et le travail dans les ateliers sont provisoirement suspendus.

La cellule de gestion de crise évaluera la situation de manière régulière et adaptera les mesures sur la base des résultats aux tests.

Selon le syndicat socialiste ACOD/CGSP, la contamination a été révélée lorsqu'un détenu qui devait être remis à l'Office des étrangers a été testé. Le syndicat critique le fait que le prisonnier ait encore bénéficié, une semaine plus tôt, d'une visite avec une procédure assouplie et qu'il ait continué à travailler en cuisine au sein de l'établissement nivellois.

La direction et le personnel pénitentiaire s'affrontent depuis quelques semaines autour du règlement de visite. Plusieurs actions de grève ont d'ailleurs été menées.

"C'est ce pour quoi nous donnions l'alerte. Cela devait arriver compte tenu des assouplissement accordés aux détenus à l'encontre de nos recommandations", commente l'ACOD/CGSP.

"L'administration pénitentiaire reconnait que les contacts avec le monde extérieur sont sensibles car le degré de contamination à l'extérieur est plus élevé qu'à l'intérieur", réagit sa porte-parole Kathleen Van De Vijver. "Mais on ne peut pas transformer une prison en un système complètement fermé. Des membres du personnel et des partenaires extérieurs viennent également de la société à la prison tous les jours pour leur travail, alors qu'ils sont autorisés à rencontrer des gens dans les restaurants, les cafés et à leur domicile."

"Les visiteurs des détenus doivent déclarer sur l'honneur et par écrit qu'ils ne présentent aucun symptôme de maladie et, qu'en cas de doute, la température peut être mesurée", rappelle Kathleen Van De Vijver. "Il n'y a pas non plus de lien de cause à effet entre les contaminations et le fait que les détenus peuvent voir leur famille s'ils suivent des mesures d'hygiène strictes", insiste-t-elle.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK