La presse flamande partagée entre tristesse et fierté après une défaite diabolique

La presse flamande partagée entre tristesse et fierté après une défaite diabolique
8 images
La presse flamande partagée entre tristesse et fierté après une défaite diabolique - © Tous droits réservés

Au nord du pays, le sentiment de tout un pays s'est fait ressentir à travers les unes des quotidiens flamands. De la même manière qu'en francophonie, les journaux se sont divisés en deux camps, et révèlent deux sentiments qui habitent tout Belge aujourd'hui : la tristesse et la fierté.

"Merde". Voilà qui a le mérite d'être clair sur la une du journal De Gentenaar. Un seul mot, une langue, mais 5 lettres que tous comprennent et autant de Diables qui affichent leur mine déconfite au coup de sifflet final qui propulse les Français vers le finale quand eux ne devront se contenter que de la petite.

C'est également avec quelques mots en français que De Standaard s'adresse à toute une nation : "C'est fini, maar merci". Le rêve s'est envolé, mais le quotidien flamand remercie Hazard et son équipe pour le spectacle qu'ils ont délivré durant ces 4 semaines, pour les vibrations qu'ils ont offert à 11 millions de Belges. Les visages déçus des 11 joueurs qui foulaient le terrain à l'issue de la confrontation avec les Bleus entourent ces quelques mots, comme pour les féliciter malgré tout.

Applaudissements aussi de la part de cet autre quotidien. De Morgen dit "Merci Duivels", ce même message qu'Eden Hazard semble adresser au public, au 12ème joueur qui les aura porté également tout au long de la Coupe. Parce que le football, c'est aussi ça : un déluge de sensations fortes, des montagnes russes de sentiments. Mais de russe, les Belges ne garderont sans doute que le souvenir des victoires.

Tristes, mais fiers

Ce sont des images qui mettent du baume au cœur, une éclaircie dans un ciel noir que nous offrent plusieurs quotidiens flamands : après le foot, Thibaut Courtois remet son maillot de papa. Les rôles sont inversés, c'est sa petite fille qui vient lui offrir un peu de réconfort. Même scénario pour Kevin De Bruyne, qui salue la foule une dernière fois avec son fils dans les bras. "Triest maar trots", les Diables sont tristes mais gardent la tête haute.

Sentiment honorable, patriotique, pour le Het Belang van Limburg qui titre "Respect, Duivels" sur sa une. Les Diables tirent leur révérence, c'est aussi l'image de Thibaut Courtois tenant d'une main sa fille, saluant de l'autre les supporters de sa main gantée qui a arrêté tant de tirs, que le quotidien retiendra.

Outre les enfants, la une de la Gazet van Antwerpen affiche un Martinez qui serre Eden Hazard dans ses bras avec un visage empli de rage, un visage qui ne montre pas une once de peine. "En toch trots", toujours fiers sont les Belges à l'issue d'un parcours historique pour les Diables rouges.

Fête Communauté flamande - À l'ombre des Diables

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK