La précarité hydrique, une réalité de plus en plus présente en Belgique

La précarité hydrique, une forme de pauvreté méconnue mais de plus en plus étendue.
4 images
La précarité hydrique, une forme de pauvreté méconnue mais de plus en plus étendue. - © FlickR CC/Shelbant

De plus en plus de personnes ont des difficultés à payer leur facture d’eau. C’est ce qu’on appelle la précarité hydrique. Plus de 5% des ménages belges seraient concernés. C’est le résultat d’une étude menée par Sia Partners pour la Fondation Roi Baudouin. 

La principale raison pour expliquer ce phénomène semble être l’augmentation, importante, du prix de l’eau. Un prix qui a quasiment doublé en 10 ans. Et lorsque les gens ne relèvent pas leur index chaque année, cela peut parfois conduire à de mauvaises surprises et des montants impossibles à payer. Conséquences, certains distributeurs vont jusqu’à couper l’eau lorsque les factures restent impayées, parfois en toute illégalité.

Une situation de plus en plus courante

Marie-Christine vit seule dans une petite maison à Charleroi. Exclue du chômage au mois de janvier dernier, elle bénéficie d’un revenu d’intégration de 800 euros. Une fois le loyer et les autres frais mensuels payés, il ne reste pas grand-chose : Marie-Christine est incapable d’honorer la facture d’eau des 12 derniers mois.

Mais via le CPAS, Marie-Christine peut bénéficier du Fonds social de l’eau. Un fond qui existe en Wallonie, mais également à Bruxelles. Il permet d’intervenir pour une partie ou la totalité de la facture. Pourtant, certaines personnes, par méconnaissance du fonds ou par gêne, ne demandent pas l'intervention de ce mécanisme d'aide, et ne bénéficient donc pas de cette aide.

Cela peut parfois engendrer des conséquences dramatiques comme l'explique Yves Peigneur, responsable du Pôle Énergie au CPAS de Charleroi. "Dans les cas de non-paiement, depuis un an, le distributeur va poser un limiteur de débit. Et si le limiteur de débit n'a pas pu être posé, s'il est refusé par le client ou si le distributeur n'a pas accès,à ce moment là il y a coupure de l'arrivée d'eau". Une coupure d’eau qui ne peut être décidée, sauf cas particuliers, que par un juge compétent. Une procédure pas toujours respectée par les distributeurs.

Une réalité sous-estimée

L’accès à l’eau, pour tous, en Belgique, n’est donc pas garanti. De nombreuses personnes, au vu du prix de l’eau, limitent fortement leur consommation. Avec à la clé des problèmes d’hygiène, de santé, voire d’isolement social.

C'est dans ce cadre que la Fondation Roi Baudouin a lancé un appel à projets intitulé: "De l’eau pour tous". Toutes les organisations qui veulent s’attaquer à cette problématique de l’accès à l’eau peuvent y participer. Les projets peuvent être introduits jusqu’au 12 octobre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir