La précarité chez les jeunes, en augmentation et de plus en plus banalisée

Ce mardi 23 avril, des travailleurs des services d’Action à la jeunesse en Milieu Ouvert (AMO) se sont réunis aux Halles Saint-Géry à Bruxelles afin de mener une action coup de poing et interpeller les passants sur la précarité des jeunes. Et les résultats sont frappants. Sur 254 personnes interrogées, 75% pensent que la situation des jeunes est en évolution négative voire très négative)

Depuis quelques années, ces travailleurs sociaux sont confrontés à une hausse de la précarité chez les jeunes. En 7 ans, le nombre de mineurs à la rue est passé de 2 à 30% au centre d'hébergement SOS Jeunes. Entre les décrochages scolaires et les cas de maltraitance, les AMO tirent la sonnette d'alarme.

"On veut vraiment avoir un retour de la population et savoir si les gens le vivent comme nous, ce que les gens ont à dire sur le sujet afin de nous, pouvoir reprendre ces paroles et les amener plus haut et pouvoir simplement être les porteurs de parole de ces voix qu'on n'écoute pas assez", explique Gaby, éducatrice AMO. 

4 images
La précarité chez les jeunes, en augmentation et de plus en plus banalisée © Tous droits réservés

Il y a trois mois, Gaby et ses collègues ont lancé un appel à témoin. Enseignants, médecins, policiers et tout ceux qui travaillent avec les jeunes ont pu raconter leur quotidien. Trois quart d'entre eux l'affirment: la précarité chez les jeunes est de plus en plus flagrante. Même constat pour les AMO.

"Avant, un jeune de 15-16 ans qui était à la rue, c'était quelque chose inadmissible. Aujourd'hui, c'est un peu plus banalisé", déclare un autre éducateur AMO. 

Un environnement scolaire non adapté, des diplômes difficiles à atteindre et parfois nécessaires pour s'inscrire au chômage, un cercle vicieux qui pousse les plus défavorisés au pire, comme l'explique Harald, également éducateur, qui rapporte les propos d'un jeune de 20 ans. "Il m'a dit que c'était la galère, que cela faisait deux mois qu'il était à la rue et que pour pouvoir dormir sous un toit, il devait se vendre et faire le gigolo".

A un mois des élections, les éducateurs comptent bien interpeller les politiques. Une conférence se tiendra d'ailleurs ce vendredi avec les politiques et le public afin d'exposer les résultats de leur appel à témoins.

4 images
La précarité chez les jeunes, en augmentation et de plus en plus banalisée © Tous droits réservés
La précarité chez les jeunes, en augmentation et de plus en plus banalisée © Tous droits réservés
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK